Vive le Losc   Index du Forum

Portail - Seydoux Magazine - Interviews - Facebook - Le tchat - Rechercher - Membres - Profil - Se connecter pour vérifier ses messages privés - Connexion - S’enregistrer

Irresponsables

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kara
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 29 018
Localisation: Tombouctou
Masculin
Point(s): 75

MessagePosté le: Jeu 3 Mar - 16:58:05 (2011)    Sujet du message: Irresponsables Répondre en citant

Irresponsables

Valenciennes-Lorient, samedi soir. Francis Coquelin, jeune défenseur breton déjà averti pour un tirage de maillot, se jette en direction de son adversaire: son tacle n’est pas dangereux, mais il est complètement raté et son bras relevé vient contrer le ballon. Estimant cette main volontaire, l’arbitre sort un deuxième carton jaune tout aussi légitime que le premier et expulse le joueur après lui avoir rappelé qu’il venait d’échapper, sur une action précédente, à cette sanction. Coquelin, après avoir mimé l’incompréhension avec conviction, ne quitte pas le terrain sans mettre un grand coup de semelle sur une barrière.


QUI “INSULTE” LE JEU ?

À la fin du match, son entraîneur Christian Gourcuff commente cette expulsion devant les caméras de Canal+: “Tant que les arbitres n’auront pas d’intelligence dans le discernement (sic), on sera toutes les semaines confrontés à ce type de situation. Il y a une main qui n’est pas volontaire, il met un carton jaune, c’est une aberration, c’est une insulte au jeu”. L’homme qui prononce ses mots est pourtant estimé comme un entraîneur particulièrement sensé, qui prône un football ambitieux et auquel on prête certaines valeurs. Pourtant, il s’indigne que son joueur ait été sanctionné conformément aux règles, pour un acte d’antijeu et - au mieux - une énorme maladresse, puis il cautionne publiquement son attitude en désignant un bouc émissaire. En réalité, c’est bien Christian Gourcuff qui insulte le jeu, la vérité et l’intelligence de ceux qui l’écoutent.


Il ne s’agit pourtant pas de stigmatiser l’entraîneur lorientais ni ses joueurs: ces scènes sont d’une parfaite banalité et l’on en trouve d’autres exemples au cours de cette même soirée. Le Sochalien Brown Ideye, après avoir mis un coup de tête à son vis-à-vis, a eu des protestations d’innocence avant de déclarer dans le vestiaire: “C’est lui qui m’a provoqué le premier. Je n’ai pas fait ça intentionnellement.” Vous avez bien lu. Et s’il “regrette” quelque chose, c’est de laisser ses partenaires à dix.


ÉRUCTATIONS

Ces scènes qui se sont déroulées au cours de la 25e journée ont eu des précédents au cours des vingt-quatre autres. Chaque semaine ou presque, des entraîneurs qui passent leur temps à vociférer contre les arbitres et à sortir de leur zone, crient au déni de justice et fustigent le manque de psychologie des arbitres quand ils se font expulser. Des équipes de télévision filment des dirigeants éructant contre le trio arbitral jusque devant la porte de leur vestiaire. Des joueurs, après avoir commis des fautes grossières dont ils sont parfaitement conscients, hurlent sur l’arbitre comme s’il commettait la pire des erreurs judiciaires.

On pourrait invoquer le “respect”, mais ce terme est instrumentalisé à l’extrême, et surtout il s’agit bien plus d’une question de responsabilité: simplement, tous ces acteurs du football n’en ont plus la moindre notion. Ils ne sont pas responsables de leurs actes et sont tout aussi incapables de s’en excuser (n’évoquons, de la Coupe du monde des Bleus, que l’extraordinaire impotence des principaux protagonistes au moment d’assumer leurs actes).
Le football vit sous le régime de l’irresponsabilité, et celle-ci est parfaitement organisée. Les contrevenants n’encourent que les sermons vains du Conseil national de l’éthique et des suspensions dont les entraîneurs se moquent ouvertement en assistant aux matches juste derrière les grillages. Quand ils ne participent pas à la curée anti-arbitrale, la plupart des médias la mettent en scène complaisamment… et refusent toute critique à cet égard.


SANS VERGOGNE

Nul besoin d’invoquer la “mentalité” des footballeurs où leur extraction pour expliquer de telles attitudes: c’est bien le football tout entier qui cultive cette fuite de toute responsabilité, et des joueurs comme Nicolas “Jamais ma faute” Anelka sont finalement le produit le plus abouti de cette morale particulière. Dans un milieu où les contrats entre les clubs et les joueurs n’ont aucune valeur d’engagement, où seuls les arbitres sont sommés de reconnaître leurs erreurs, où les présidents de clubs en déroute ne démissionnent jamais, comment leur reprocher de pousser à l’extrême l’égoïsme et l’infantilisme si vivement encouragés autour d’eux?

Évitons toutefois de croire que le football, surtout coupable de se gargariser constamment de valeurs qu’il bafoue tout aussi constamment, aurait l’exclusivité de ces maux. Il fait écho dans sa propre langue aux mots d’ordre de la vie publique. L’actualité politique illustre ainsi presque quotidiennement le fait que plus personne, même au plus haut niveau de l’État, n’entend endosser ses responsabilités, aussi patentes soient-elles. Le protagoniste de conflits d’intérêts exorbitants est blessé au plus profond de son âme par leur révélation. Un ministre de l’Intérieur condamné pour injure raciale après de piteuses dénégations ne démissionne pas, un autre siégeant au Quai d’Orsay, absurdement compromis en plein renversement du régime tunisien, n’est poussé dehors qu’en dernière extrémité… pour se poser en victime. Et combien d’autres milieux récompensent ostensiblement l’absence de vergogne?

Au royaume de la plus extrême tartufferie, qui élève le déni de responsabilité au rang de philosophie de vie, le football professionnel est une province banale et les footballeurs ne sont finalement que d’aimables bouffons. Roulez, jeunesse, en vous tordant de douleur feinte après un coup imaginaire, postillonnez sur l’arbitre votre propre culpabilité, refusez l’application de la règle, ne vous excusez jamais, ne reconnaissez rien. Qui oserait vous demander des comptes ou vous parler de dignité?

Source : Une balle dans le pied
http://latta.blog.lemonde.fr/2011/03/03/irresponsables/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 3 Mar - 16:58:05 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | FAQ | Groupes

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com