Vive le Losc   Index du Forum

Portail - Seydoux Magazine - Interviews - Facebook - Le tchat - Rechercher - Membres - Profil - Se connecter pour vérifier ses messages privés - Connexion - S’enregistrer

VDN: C'est un pic, c'est un cap, c'est une péninsule !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tobby
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 7 416
Masculin
Point(s): 22

MessagePosté le: Sam 14 Mai - 08:14:31 (2011)    Sujet du message: VDN: C'est un pic, c'est un cap, c'est une péninsule ! Répondre en citant

Cinquante-six ans après son dernier trophée (1955), Lille est en mesure de dépoussiérer son palmarès, ce soir en finale de la Coupe de France, face au Paris SG. Alors qu'il est en course pour le titre de champion, le club lillois peut réaliser le premier pas d'un formidable doublé. Tout un peuple est en ordre de marche pour le soutenir. L'espoir est immense.

À SAINT-DENIS, PAR ANTOINE PLACER

sports@lavoixdunord.fr PHOTOS STÉPHANE MORTAGNE

Cyrano de Bergerac, l'un des grands succès de Michel Seydoux le producteur, césarisé en 1991, était une comédie héroïque, une oeuvre qui donne « le courage d'être des héros », selon Maurice Rostand, le fils de l'auteur. L'héritage émotionnel convient parfaitement à Lille, aujourd'hui, dont les yeux et le coeur sont tournés vers cette finale majuscule de Coupe de France, face à Paris, dans l'écrin somptueux du Stade de France.

Quel plus beau jour pour être un héros, tout au bout de cette compétition où les petits se confrontent aux grands, ou la cour s'oppose au balcon ? Ce qui se présente est énorme, comme un nez protubérant au milieu du visage.

Ce ne sera pas un duel de cape et d'épée, ce soir, mais bien un choc entre deux des plus belles équipes françaises de la saison, la meilleure jusqu'ici, Lille (leader de L1), et une équipe en pleine renaissance, le Paris Saint-Germain (4e). Deux formations érigées en chantres du beau jeu, dirigées par deux entraîneurs au caractère prononcé pour l'offensive.

C'est un soir magnifique pour Lille, un soir pour tendre la main aux glorieux aînés, les Lechantre, Douis et autres acteurs de légende, rescapés d'une époque dorée où Lille ravageait tout sur son passage. La carte postale a jauni mais ils ne seront pas les seuls, ce soir, à laisser échapper leurs larmes si Lille revient à la surface par la Coupe avant, peut-être, de le faire par le championnat.

On présente le PSG comme une bête de coupe. Mais Lille, cette saison, a décidé de s'attaquer aux mythes : il défie Marseille en championnat et Paris en Coupe de France, les deux tenants du titre, comme pour asseoir l'idée d'une révolution au sein du foot français.
Un désir brûlant

Lille est le club qui monte, c'est un fait, et aimerait devenir une place forte. Il travaille pour depuis près de quinze ans, et semble toucher bientôt le haut de sa pyramide. Un succès en Coupe de France pourrait matérialiser ce désir brûlant. Surtout, il pourrait ouvrir une porte, à trois matchs de la fin de saison, comme on plonge la main dans une boîte de chocolats. On prend vite goût au succès.

Sur quoi peut basculer une telle finale, jouée dans un stade qui donne le vertige et bondé jusqu'aux cintres ? Sur l'expérience, favorable à Paris, et incarnée par la force tranquille de Makelele, venu rappeler hier devant la presse qu'il en avait vu d'autres ? Ou sur l'insouciance, celle de Lillois gargantuesques dans leur expression offensive, souvent, et prompts à rire devant les médias, même une veille de finale ?

On parierait quand même quelques euros que les coeurs vont se serrer et les tempes battre plus fort, tout à l'heure, dans l'intimité du vestiaire lillois, avant que la lumière n'apparaisse.

Pourtant, il est temps que la lumière réapparaisse. Tout un peuple, un public, une région attendent ça, impatients de se laisser chavirer par de grandes émotions. Ça se voit comme le nez au milieu de la figure. •
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Sam 14 Mai - 08:14:31 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Tobby
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 7 416
Masculin
Point(s): 22

MessagePosté le: Sam 14 Mai - 08:14:53 (2011)    Sujet du message: VDN: C'est un pic, c'est un cap, c'est une péninsule ! Répondre en citant

L'entraîneur de Lille pourrait remporter ce soir le premier trophée d'une jeune carrière déjà prometteuse. Hier, il s'est évertué à détendre l'atmosphère face aux médias. Pour mieux contaminer ses joueurs ?

À SAINT-DENIS, PAR ANTOINE PLACER

sports@lavoixdunord.fr PHOTOS STÉPHANE MORTAGNE

Entre Paris et Lille, on ne s'attendait pas forcément à ce que l'entrée la plus bruyante soit celle de Rudi Garcia. Le jeune entraîneur de Lille (47 ans), proche du doublé cette saison, ne passe pourtant pas inaperçu depuis qu'il s'est lancé dans la profession. On devrait le savoir. L'ancien joueur moyen est devenu un entraîneur de premier plan en très peu de temps, après des passages remarqués à Dijon et au Mans, notamment. Mais surtout à Lille, où sa progression prend une autre dimension.
« Un décor de théâtre »

Hier, à son arrivée devant les médias, il s'est offert une entrée théâtrale, au sens propre du terme, en frappant les trois coups derrière la porte d'accès après avoir passé une première fois la tête dans l'encadrement. « On se croirait dans un décor de théâtre », s'est-il marré, suivi de près par Mavuba et Landreau, beaucoup plus sérieux pour le coup. C'était le monde à l'envers. Mais Rudi Garcia, malgré sa courte expérience, ne laisse rien au hasard. S'il a décidé de plaisanter de manière frontale, c'est à mi-chemin parce qu'il se sent bien mais aussi parce qu'il espère que ses joueurs ne se crisperont pas devant l'événement. Si le coach plaisante, pourquoi stresser, pourquoi s'inquiéter ?

Mais au fond, est-il si décontracté à l'approche du possible premier trophée de sa carrière ? « Sincèrement, je suis surtout content d'être avec ce groupe-là pour vivre ces moments-là. J'espère gagner avec eux, c'est une aspiration très forte que j'ai... », avance-t-il, devenu plus solennel. « Quel goût aurait cette Coupe si on gagnait ? Ça dépend de la marque du champagne qu'on pourrait mettre dedans... », a-t-il plaisanté, comme pour rééquilibrer le ton et éviter de faire trop pesant. Tout est important quand on manage une équipe de haut niveau, Rudi Garcia l'a compris depuis longtemps. Sur quoi va basculer la finale ? « Certainement sur de petits détails, il faut faire attention à tout, mais surtout à rester nous-mêmes », explique-t-il plus loin, offrant les clés de son intervention, peut-être.

Après deux saisons où il a amené son équipe à la 5e puis à la 4e place de L1, Rudi Garcia est en passe d'offrir un premier trophée à son club, la Coupe de France ou le titre de champion. Ou les deux, puisque son président ne veut pas choisir entre le fromage et le dessert. Mais la Coupe pourrait bien avoir une saveur particulière. « Je l'ai vécue avec des équipes amateurs, et en fait, c'est pareil avec les pros , explique-t-il. Les joueurs sont toujours aussi éblouis, on parle de la Vieille Dame quand même... » Et comme Rudi Garcia pense à tout, il a aussi préparé l'après-Coupe. On s'inquiétait de l'impact d'un résultat négatif sur les trois derniers matchs de L1.

Il ne fallait pas, l'entraîneur était déjà passé par là. « Il n'y en aura pas, j'en ai parlé avec les joueurs. La Coupe est une parenthèse bienvenue, mais c'est une parenthèse. Dès lundi, on basculera sur la réception de Sochaux, concentrés comme à Nancy ou Saint-Étienne. » Avec Rudi Garcia, tout est millimétré. Souriant à souhait. •
Revenir en haut
MSN
Tobby
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 7 416
Masculin
Point(s): 22

MessagePosté le: Sam 14 Mai - 08:15:40 (2011)    Sujet du message: VDN: C'est un pic, c'est un cap, c'est une péninsule ! Répondre en citant

Selon le LOSC, tout devrait se passer au mieux, sur place, pour les passagers des 180 à 200 bus lillois.

| FOOTBALL FINALE DE LA COUPE DE FRANCE : PARIS SG |

En bus, en TGV spécial ou en voiture. On estime à près de 30 000 le nombre de supporteurs lillois qui vont se rendre aujourd'hui au Stade de France (SDF).

PAR LAURENT DECOTTE

sports@lavoixdunord.fr PHOTO ARCHIVES PATRICK JAMES

Le LOSC a mis en vente un peu plus de 20 000 billets, la ligue régionale 1 600. Plusieurs centaines (plusieurs milliers ?) de personnes ont obtenu leur précieux sésame via leur comité d'entreprise. Il y a les invités. Sans oublier ceux qui sont passés par Internet, voire les autres ligues de France qui avaient un quota de tickets.

Dans les faits, sur l'A1 et sur les rails, on peut s'attendre à une grande transhumance vers Saint-Denis. En collaboration avec la SNCF, le LOSC a affrété un TGV de 350 places. Via Transpole, 47 bus, soit 2 600 personnes, qui vont partir du Stadium Lille Métropole.
Conseils maximums

Mais à l'instar des Dogues du Vieux-Lille, la plupart des clubs de supporteurs se sont organisés par eux-mêmes pour « faire » un bus. Tout comme les CE. Soit au total entre 180 et 200 bus attendus. Et puis il y a les individuels, comme Brice. Avec six copains, il a loué un J9 qu'il garera non loin de Paris avant de prendre les transports en commun. Ce déplacement géant de Lillois au SDF n'est pas anodin. Il est le premier depuis « le drame du RER », le 7 mars 2009. Ce soir-là, deux supporteurs (deux enfants) avaient été tués et 11 autres blessés dans une collision avec un RER aux abords du SDF alors qu'ils s'étaient perdus en essayant de regagner leur bus.

Directeur adjoint du LOSC, Didier De Climmer assure que « tout est fait pour que ça se passe le mieux possible ». Deux stadiers du LOSC seront dans chaque bus Transpole. Il y en aura aussi dans le TGV. Toutes les compagnies ont été contactées. Elles ont reçu leur badge pour pouvoir se garer sur le parking réservé aux bus lillois, ainsi que l'itinéraire pour rejoindre le stade à pied. « Il y aura une centaine de stadiers du LOSC et des agents de la sécurité publique pour orienter les supporteurs. Et depuis le drame, les indications sont meilleures. La procédure s'est améliorée.

» Enfin, si vous venez en voiture, sachez que les parkings du Stade de France sont d'ores et déjà complets. Mais des solutions de repli existent avec les parkings du Bourget, voire Villepinte ou l'aéroport de Roissy, plus loin (voir notre infographie publié hier en page 28) , mais tous reliés au SDF par le RER. En tout cas, n'hésitez pas à partir bien à l'avance. D'autant qu'à 17 h 15, pour patienter, se joue la finale de la Coupe Gambardella. •
Revenir en haut
MSN
Tobby
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 7 416
Masculin
Point(s): 22

MessagePosté le: Sam 14 Mai - 08:15:58 (2011)    Sujet du message: VDN: C'est un pic, c'est un cap, c'est une péninsule ! Répondre en citant

Ils sont forts ces Parisiens. Du haut de leurs huit Coupes de France et de leurs cinq finales en dix ans,

ils arrivent encore à faire croire que leur expérience ne vaut rien à côté de la forme lilloise cette saison, malgré l'absence des Nordistes à ce niveau depuis 1955. La Coupe, les Parisiens la veulent « parce qu'au Paris SG, c'est une institution », justifie Claude Makelele. Mais le rôle du favori, non merci ! « Les Lillois sont les futurs champions de France, ils sont devant nous en championnat et depuis longtemps », poursuit Antoine Kombouaré, en écho à son capitaine. Si ça, ce n'est pas un sacré coup de bluff de la part du tenant du titre... L'ancien coach valenciennois peut bien parler « de (ses) petits soucis » d'effectif avec les incertitudes concernant Armand et Ceara et la suspension de Jallet, il ne peut pas nier que l'histoire plaide en faveur du PSG. « Oui, on a un lien très fort avec cette épreuve », avoue-t-il finalement. « Mais en finale, c'est sur un match et c'est du 50-50. » Et de réciter les points forts d'un groupe lillois qui prend les traits d'un ogre dans la bouche du Kanak.
« Garder notre trophée »

« Il faut surtout surveiller leur ligne offensive. Se montrer solide, ce sera la clé. Et puis, ils ont aussi de bons joueurs de tête avec Rami et Chedjou quand ils montent. Surveiller Hazard ? Et on fait comment avec Sow ? On fait comment avec Gervinho ? Et puis derrière, il y a Mavuba, Cabaye... » Même le calendrier y passe. « C'est hallucinant de se retrouver au mois de mai à jouer autant. Mais bon, on fait avec, et on ne se trouve pas d'excuses. » Jouée d'avance cette finale ? Quand même pas. Les Parisiens ont de sacrés arguments à faire valoir, eux qui sont présentés, à l'instar des Lillois, comme l'une des équipes les plus joueuses de la Ligue 1. « Peu importe la manière. L'important ce sera de sortir vainqueur de cette confrontation et de remporter la Coupe de France pour garder notre trophée. » Pas favoris ? Peut-être. Pas prêts à céder leur bien en tout cas...
Revenir en haut
MSN
Tobby
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 7 416
Masculin
Point(s): 22

MessagePosté le: Sam 14 Mai - 08:16:13 (2011)    Sujet du message: VDN: C'est un pic, c'est un cap, c'est une péninsule ! Répondre en citant

Entre le district Flandre et le LOSC, le lien n'est pas palpable au quotidien. Au grand dam de Patrice Dodin, le président

, qui « comprend les objectifs économiques et sportifs lillois », tout en regrettant qu'il n'y ait pas plus d'harmonisation entre le club pro et le monde amateur. « Mais ça ne m'empêche pas de vivre et ça n'empêche pas le football amateur de se mobiliser pour aller au Stade de France soutenir les Lillois. » L'engouement pour cette finale a été énorme dans ce qui est le 5e district de France (le plus grand de la ligue régionale) en nombre de licenciés (40 000 licenciés, 260 clubs). À tel point que Patrice Dodin ne regrette pas avoir anticipé la présence des Dogues au SDF. Le district avait réservé environ 500 places avant la demi-finale à Nice.
« M. Seydoux mérite un coup de chapeau »

« Ça nous a permis de répondre à toutes les demandes que l'on avait. La ligue, avec Thierry Janas (secrétaire général) et toute son équipe, a aussi fait un gros boulot pour satisfaire le plus de monde possible. Je crois sincèrement que tous les supporteurs lillois seront à Paris. » Quand on lui demande si son district est une terre de foot, le président Dodin bondit d'un « absolument ! ». Quand on le relance sur la situation du football amateur, il fait le dos rond. « On manque de moyens humains et financiers. On a encore perdu deux techniciens qui ont donné un autre sens à leur carrière. On ne peut pas se développer comme nous le souhaiterions. On aimerait faire plus pour les clubs, davantage de formations pour les éducateurs... » Et les affaires à la FFF ? Il rebondit : « On n'en finit pas de toutes ces histoires. Ça dure depuis juillet 2008 et le maintien de Domenech. Il y a toujours quelque chose. Ça détruit à petit feu le football amateur et ses dirigeants. On perd encore 12 % de bénévoles cette saison alors que c'est une denrée rare et indispensable. Avec la Fédération, c'est le brouillard complet. On est à l'abandon. » La finale de la Coupe de France - et qui plus est une victoire - pourrait alors amener un peu d'oxygène et de fraîcheur dans le district. « Je n'en suis même pas certain », répond Patrice Dodin. « Ça amènera en revanche beaucoup au LOSC et ça récompensera le travail de ses dirigeants. M. Seydoux mérite un coup de chapeau. Nous, on sera surtout très fiers. » •
Revenir en haut
MSN
Tobby
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 7 416
Masculin
Point(s): 22

MessagePosté le: Sam 14 Mai - 08:16:29 (2011)    Sujet du message: VDN: C'est un pic, c'est un cap, c'est une péninsule ! Répondre en citant

Amandine Henry défend les couleurs de Lyon, de l'équipe de France mais son coeur a toujours une petite place pour le LOSC.

On n'oublie forcément jamais le premier stade que l'on a fréquenté, le premier but sur lequel on a bondi.

Pour Amandine Henry, internationale, encore championne de France, cette saison, tout a eu lieu à Lille quand la native de Lomme se rendait à Grimonprez-Jooris avec son papa. Elle a la passion LOSC et de Lyon, où elle se trouve désormais, elle suit de près les résultats de son équipe préférée.
Ligue des champions

« Quand les Lillois étaient en Ligue des champions, je suis aussi allée les soutenir à Bollaert. J'aimais bien la génération avec D'Amico, les frères Cheyrou. Celle d'aujourd'hui est aussi très forte. C'est vraiment agréable de la regarder », confie la jeune femme de 23 ans. « Quand je suis en repos, que je reviens dans le Nord et qu'il y a un match, j'y vais forcément. » Pour Amandine Henry, le mois s'annonce intense en challenge et en émotions. En effet, avec son club de Lyon, elle est en finale de la Ligue des champions. « C'est notre objectif de l'année. La saison dernière, on perd aux tirs au but en finale. On attend ce match avec impatience. On ne pense qu'à ça. » Ou presque, car ce match est programmé le 26 mai, à Fulham (Londres), contre Potsdam.

D'ici là, Amandine espère bien que son club de coeur raflera au moins un titre. Ce soir, elle ne sera pas au Stade de France mais elle sera derrière les Dogues. « Je vais tout faire pour voir le match. Au pire, je vais le suivre en direct sur Internet. » En tout cas, où qu'elle soit, son coeur battra ce soir pour le LOSC...
Revenir en haut
MSN
Tobby
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 7 416
Masculin
Point(s): 22

MessagePosté le: Sam 14 Mai - 08:16:45 (2011)    Sujet du message: VDN: C'est un pic, c'est un cap, c'est une péninsule ! Répondre en citant

Landreau : « Représenter Lille, c'est beau »

- La Voix des Sports

Le gardien du LOSC dispute ce soir, face à son ancien club, sa 4e finale de Coupe de France.

Une compétition qu'il a inscrite à deux reprises à son palmarès.

- Mickaël, le Paris SG se présente comme un spécialiste de la Coupe de France, ne craignez-vous pas leur expérience ?

« Non parce que, nous aussi, on a des arguments. La force de notre groupe, comme je le dis depuis le début de la saison, c'est de pouvoir avoir un mélange intéressant entre l'expérience et l'insouciance pour certains. Quoi qu'il arrive, le match de demain (ce soir) sera un super moment à vivre. »

- Lille joue sur deux tableaux en cette fin de saison. Cela peut-il influer sur la finale ?

« Je suis sûr que l'enchaînement des matchs est positif. Ça nous permet de ne pas donner de priorité à une compétition. Pour notre groupe, dans lequel la plupart découvrent une finale de Coupe de France, c'est génial. On va en profiter au maximum. »

- Vous, l'ancien Parisien, comment expliquez-vous que le PSG réussisse autant en Coupe ?

« Ça s'explique dans le sens où le PSG a une telle pression au quotidien que lors des matchs face à des adversaires de niveau inférieur, ils ont encore moins le droit de passer à la trappe. Paris fait des bons parcours parce que, justement, ils ont cette pression, cette obligation de passer des tours. »

- Disputer cette finale face à Paris, après avoir sorti Nantes, c'est forcément particulier pour vous ?

« On est toujours rattrapé par des signes, des émotions exceptionnelles. C'est comme ça que je le vis depuis que je suis au LOSC. Être là et représenter Lille et le Nord, c'est ça qui est beau. Ça tombe contre Paris, c'est vrai que c'est particulier, mais seule la victoire est belle. »
Revenir en haut
MSN
Tobby
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 7 416
Masculin
Point(s): 22

MessagePosté le: Sam 14 Mai - 08:17:09 (2011)    Sujet du message: VDN: C'est un pic, c'est un cap, c'est une péninsule ! Répondre en citant

Ce soir à 20 h 45, le LOSC affronte le PSG en finale de la Coupe de France. La région tout entière poussera-t-elle les Dogues vers la victoire ? C'est ce que nous sommes allés demander à des supporteurs de football de toutela région. Et les Lillois emportent (presque)tous les suffrages.

PAR PIERRE-LAURENT FLAMEN

region@lavoixdunord.fr PHOTOS JOHAN BEN AZZOUZET CHRISTOPHE LEFEBVRE

« Poser en photo avec une écharpe du LOSC ? C'est mission impossible. Celle-là, on ne me l'avait jamais faite ! » Au Bollaert, le café qui fait face au stade du même nom à Lens, le patron rêve en Sang et Or. Alors quand on demande à Arnaud Desmaretz s'il va supporter le LOSC ce soir, la réponse est tout en tiédeur. On tomberait même dans le domaine de l'énigmatique : « Supporter Lille, c'est un grand mot. Si vous demandez au roi d'Espagne s'il préfère que la Champion's League soit en Espagne ou en Angleterre, il vous répondra l'Espagne. » Le patron se la joue donc un peu royal : « Je préfère que la coupe soit dans la région. »
Chiens et chats

Pour le dire autrement, les relations entre supporteurs du LOSC et du RC Lens (en difficulté cette année) n'ont jamais été au beau fixe. Dans le genre chiens (pardon, Dogues) et chats. Du coup, « ce qui est certain, c'est que l'un ou l'autre marque, ce n'est pas ce qui me fera sauter dans le salon. J'imagine que beaucoup de Lensois ne vont pas regarder la finale ».

Un petit peu plus loin du stade Félix-Bollaert, au café le Celtic à Arras, on supporte traditionnellement les Sang et Or. Pour la finale, Francine Dhamelincourt, la gérante, rassure : « On aime bien le LOSC, ne vous inquiétez pas. Nous, si les clients le demandent, on retransmettra la finale. » À Calais, où on porte aussi le maillot jaune et rouge, Robart Masson serait plutôt pro-Lensois : « Il y a une petite préférence pour Lens parce que c'est un club ouvrier. Mais on est très bien avec les Lillois. Ici, il y a un ancien Lillois, Djezon Boutoille, qui est entraîneur général.

Alors, je serai à fond pour Lille, à 100 %. » Toujours sur le littoral, à Dunkerque cette fois, Yannick Vanhée est le président national des supporteurs de l'équipe de France. Il entretient, par ailleurs, un amour sans modération pour l'OM depuis qu'il a travaillé à Marseille : « Je suis nordiste et Lille n'affronte pas l'OM.

Et puis mon père était un grand supporteur du LOSC, il m'a emmené voir un match, j'avais douze ans. Ce samedi, je suis deux fois pour le LOSC. Une fois pour les Lillois et une fois contre le PSG. » Mais c'est peut-être du côté de Valenciennes que les Dogues pourront compter sur leurs renforts en supporteurs les plus mordants. La preuve hier, lors d'un entraînement des joueurs du VAFC au Mont-Houy. Étienne Emaille, un entraîneur des jeunes, sera même de la fête : « Ce samedi, j'ai un merveilleux programme. Je serai au Stade de France. Je suis avant tout un amateur de bon football mais l'esprit nordiste va faire que je serai derrière Lille. » D'ailleurs, dans les rangs des supporteurs valenciennois, on ne se fait guère prier pour poser avec l'écharpe du LOSC. Jauffrey François est le premier à accepter : « Lille, c'est ch'Nord ! Je vais être à 100 % derrière eux. Lille mérite largement de gagner la Coupe de France.

Ils méritent aussi d'être champions. » Monique Debus enchaîne : « En plus, ils portent les mêmes couleurs que nous. »
« Si t'es un Chti, t'es pas pour Paris »

Pierre Rooms, lui aussi supporteur de Valenciennes, y voit même un petit air de revanche avec un ancien entraîneur du VAFC : « Kombouaré, il va l'avoir dans le baba. Tout le Nord est avec le LOSC. Si t'es un Chti, t'es pas pour Paris. » Philippe Montanier, l'entraîneur du VAFC, semble de cet avis : « Il faut que je sois extrêmement prudent, on est supporteur de football avant tout. Mais ça fait très longtemps qu'une coupe de France n'est pas venue dans le Nord - Pas-de-Calais. » Et franchement, elle est la bienvenue. Avec ou sans écharpe. •
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:23:25 (2017)    Sujet du message: VDN: C'est un pic, c'est un cap, c'est une péninsule !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | FAQ | Groupes

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com