Vive le Losc   Index du Forum

Portail - Seydoux Magazine - Interviews - Facebook - Le tchat - Rechercher - Membres - Profil - Se connecter pour vérifier ses messages privés - Connexion - S’enregistrer

Interview de René

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kara
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 29 018
Localisation: Tombouctou
Masculin
Point(s): 75

MessagePosté le: Lun 15 Juil - 20:14:48 (2013)    Sujet du message: Interview de René Répondre en citant

LOSC : René Girard : «Je n’ai pas trouvé un groupe traumatisé»
Publié le 15/07/2013
Par ANTOINE PLACER, À PORNIC


Après quatre saisons à Montpellier, René Girard est le nouvel homme fort de Lille. Il nous a reçus à Pornic la semaine dernière pour évoquer son nouveau club, ses ambitions, mais aussi dérouler le fil de sa longue carrière. Convaincu par le niveau de son groupe, par son état mental, il est prêt pour ce grand défi.




– René, après deux semaines de reprise, les présentations sont faites avec le groupe ?
« Avec les jeunes, on discute de manière informelle pour l’instant. J’ai vu les cadres, pour parler de ce qui s’est passé (le changement d’entraîneur), savoir comment ils le ressentaient. Ça va continuer. On est toujours dans la discussion par rapport aux objectifs, à la vie du groupe, au projet de jeu… Il y a tellement de choses à mettre en place. C’est important d’avoir des règles de vie, mais attention, ce n’est pas dictatorial. Le principal, c’est qu’on aille tous au même endroit. »

– Êtes-vous, pour l’heure, satisfait du groupe à votre disposition, même s’il peut (va) évoluer ?
« Oui, aujourd’hui, le groupe à ma disposition est compétitif, voire très compétitif. L’arrivée de Simon (Kjaer) est venue compenser le départ d’Aurélien (Chejdou). Ma priorité, c’était de travailler avec un groupe rapidement, de le fixer, de pouvoir jeter des bases de travail précises. Là, ça a bougé un peu, ça bougera sans doute encore, mais pas énormément non plus. Le groupe ne sera pas si loin de celui qui est là aujourd’hui. Je m’attends à du mouvement, mais ça ne perturbera pas le groupe. »

– Rudi Garcia fonctionnait avec un conseil des sages… Ce sont quoi, vos trucs ?
« Il y a un capitaine, des joueurs d’expérience… En fait, j’aime bien quand je m’adresse aux joueurs qu’ils soient tous là, j’aime parler face au groupe. C’est toujours bien, ça évite les quiproquos. Après, il y a toujours des messages à faire passer par des leaders… »

– D’ailleurs, savez-vous qui sera votre capitaine ?
« J’attends, je me laisse un peu de temps. On sait que Rio (Mavuba) était le capitaine inamovible de cette équipe, voilà, on va attendre, il n’y a pas d’urgence. Je vais essayer de mettre tout le monde en route, à tous les niveaux, je ferai un peu tourner en allant crescendo jusqu’au 3 août (date du dernier match amical), où l’on se rapprochera de l’équipe qui débutera le championnat. »

– Vous avez beaucoup bossé le physique depuis la reprise, mais savez-vous déjà où vous allez en terme de jeu ? Ou est-ce trop tôt ?
« La philosophie de jeu, je l’ai, il n’y a pas de souci. Souvent, on la met en place par rapport à la qualité des joueurs que l’on a. C’est quand même un groupe qui se connaît bien, humainement et dans le jeu. Moi, je préconise un jeu… Le football total, ça peut paraître prétentieux, mais j’ai énormément envie que mes garçons ne se posent pas de questions sur le terrain. Qu’ils aient une réflexion, bien sûr, mais dans l’entreprise, dans la prise de risques, j’aime bien laisser les garçons s’exprimer à partir du moment où le collectif est respecté. »

– On peut parler tactique ou…
« Oui, on se fige souvent là-dessus. L’important, c’est quand même l’animation, ce qu’on y met, etc. C’est ça qui reste essentiel. Il y a peut-être des garçons qui seront plus en forme plus vite, après ce sera à moi de faire les meilleurs choix. »

– Le feeling passe bien avec les joueurs qui ne s’attendaient pas tous au changement ?
« (sourire) C‘est un peu partout pareil. Je suis arrivé à Montpellier, c’est Rolland (Courbis) qui partait… Quand c’est nouveau, quand c’est l’inconnu… Je n’ai pas trouvé un groupe traumatisé, au contraire, bien dans sa peau, vivant. Ils ont vécu de grandes choses avec Rudi, avec le club, mais ils sont aussi conscients que l’évolution passait sans doute par là, pour Rudi, qui est quand même parti à la Roma, pour eux aussi. C’est le foot qui veut ça.
Bien sûr, on est toujours craintifs de savoir ce qu’on va trouver. Certains devaient se demander s’ils allaient toucher le ballon, etc. L’avantage, c’est que c’est un groupe qui a connu le très haut niveau, et qui sait par où il doit passer pour y arriver. Ça ne vient pas tout seul. »

– Et les joueurs qui ont terminé la saison précédente difficilement comme Elana ou Roux ?

« Je ne me suis pas attardé sur le passé, je leur ai dit : je veux des garçons frais. La concurrence jouera pour tout le monde. Et je leur ai tous dit que la porte était ouverte… À voir leur détermination, je ne suis pas inquiet. La coupure a dû leur faire du bien. »

– Comment René Girard est-il venu au foot ?

« Oulah… (sourire) À l’époque, ça fait drôle, mais on attaquait alors qu’on avait déjà 14 ans. C’est un beau rêve qui s’est réalisé. Moi, c’était Nîmes, j’étais cantonné à Nîmes, j’allais voir les matchs à Jean Bouin. Après, pourquoi moi et pas un autre ? Dans ce métier, on avance petit à petit, on se dit pourquoi pas l’équipe de France, puis ça arrive ; pourquoi pas un club plus ambitieux, et c’est Bordeaux qui s’est présenté… Je n’ai connu que deux clubs avec un retour à Nîmes et, à 38 ans, là, j’avais mon compte. Je suis passé de l’autre côté. »

– Cela s’est fait naturellement ?

« Rester dans le foot, oui. J’étais prêt à arrêter, ce qui est déjà beaucoup, mais après il faut trouver sa place. Entraîner, mais comment, à quel moment… ? J’ai commencé à Nîmes par le centre de formation, j’ai fait le pompier deux fois en équipe première, puis j’ai passé mon DEPF. Voilà, j’ai fait six mois à Strasbourg, même si je devais rester plus longtemps, puis la DTN. Aimé (Jacquet) m’a appelé. Moi à l’époque, la formation, la DTN, ce n’était pas mon truc, je ne savais pas ce que c’était… Aimé m’a dit : tu apprendras. Je devais faire un an ou deux, je suis resté dix ans… J’ai eu la chance d’être l’adjoint de Roger Lemerre, de vivre 2000 et 2002. Quand Roger est parti, je voulais être premier, second j’avais donné, donc je suis retourné avec les 15 ans, etc., jusqu’aux Espoirs. Ça s’est fini en 2008, et je suis resté un an tranquille avant de rebondir à Montpellier. »

– Cette année de repos vous a fait du bien ?

« Oui, un an tranquille, ça fait du bien. Il y a des périodes où on peut enclencher de suite, d’autres non. C’est un métier qui demande de l’énergie, parce qu’il y a un groupe de 25 joueurs qui te pompent de l’énergie en permanence, il faut avoir du répondant. J’avais décidé de souffler, c’est donc une année où je suis allé voir quelques matchs dans ma région, j’ai gardé le contact avec le milieu. Ça m’a fait beaucoup de bien avant Montpellier. »

– Montpellier, qui a été une vraie réussite, avec plusieurs trophées, dont le titre de champion…

« (Songeur) Ouais, ç’a été beau et fort, avec de bons jeunes, mais ce n’était pas gagné. il a fallu que tout le monde y mette du sien pour avancer. La quatrième saison s’est terminée un peu… Mais c’est comme ça. »

– Et ce challenge lillois alors, c’était le bon endroit au bon moment ?

« Je l’ai dit, je pense que c’est le club qu’il me fallait. Ça ressemble un peu à Bordeaux dans l’approche, dans la sérénité, la structure… On ne parle pas tous les jours du club dans les faits divers, c’est bien. Un bon challenge, avec de bons jeunes et des anciens expérimentés. Un challenge qui me plaisait. »

– Rassuré par le niveau que vous avez trouvé ici ?

« Oui, même je suis très agréablement surpris. Je crois que le président a eu une phrase symbolique en disant : si on est le sixième budget, il est logique qu’on soit sixièmes. Après, il faut être ambitieux. On peut tomber sur plus fort, mais ce qui est important, c’est de donner le maximum pour ne pas avoir de regrets. Je crois qu’on est dans une région où les gens attendent ça, à nous de faire perdurer cet état d’esprit-là. »

– Où en est votre installation ?

« Je suis encore à l’hôtel, je vais un peu en ville pour constater la gentillesse des gens… Les gens sont vraiment adorables, pourtant, je ne suis ni Guardiola, ni Mourinho. Ça prouve que c’est une ville de football. Je découvre la ville parce que nous, les footeux, on connaît souvent le trajet de l’hôtel au stade… »

– Il y a de l’impatience avant de diriger votre premier match au Grand Stade Pierre-Mauroy, malgré votre expérience ?

« On se languit toujours de ça, car on ne s’y habitue jamais vraiment. Là, rentrer à la tête d’une équipe en tant que coach, dans le plus beau stade de France, ça va être un moment très important. »

http://www.lavoixdunord.fr/sports/losc-rene-girard-je-n-ai-pas-trouve-un-gr…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 15 Juil - 20:14:48 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Leelh osc
Joueur de Ligue 1
Joueur de Ligue 1

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2013
Messages: 1 342
Localisation: LilleCity
Masculin 狗 Chien
Point(s): 16

MessagePosté le: Lun 15 Juil - 20:17:19 (2013)    Sujet du message: Interview de René Répondre en citant

Si tu pouvais préciser René GIRARD 
Je pensais que c'était le RenéleLillios 
_________________
Gueye "mon club de coeur c'est l'Om"


Henri Jooris y'a toudi eu l'moral !
Revenir en haut
Kara
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 29 018
Localisation: Tombouctou
Masculin
Point(s): 75

MessagePosté le: Lun 15 Juil - 20:19:09 (2013)    Sujet du message: Interview de René Répondre en citant

Ne poussons pas rené dans les orties
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
renelelillois
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2010
Messages: 25 674
Masculin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe
Point(s): 208

MessagePosté le: Mar 16 Juil - 05:08:33 (2013)    Sujet du message: Interview de René Répondre en citant

je sens que ça va être ma fête souvent
Revenir en haut
Skype
Leelh osc
Joueur de Ligue 1
Joueur de Ligue 1

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2013
Messages: 1 342
Localisation: LilleCity
Masculin 狗 Chien
Point(s): 16

MessagePosté le: Mar 16 Juil - 08:09:53 (2013)    Sujet du message: Interview de René Répondre en citant

renelelillois a écrit:
je sens que ça va être ma fête souvent




 Si les résultats ne suivent pas, là... j'avoue que tu vas prendre pour ton grade 
_________________
Gueye "mon club de coeur c'est l'Om"


Henri Jooris y'a toudi eu l'moral !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:13:59 (2017)    Sujet du message: Interview de René

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | FAQ | Groupes

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com