Vive le Losc   Index du Forum

Portail - Seydoux Magazine - Interviews - Facebook - Le tchat - Rechercher - Membres - Profil - Se connecter pour vérifier ses messages privés - Connexion - S’enregistrer

Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur)
Aller à la page: <  1, 2, 3, … 14, 15, 16  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
nicolasmag
Arbitre
Arbitre

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 29 967
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 猴 Singe
Point(s): 510

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 07:44:10 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

Franck Ribéry: "Je ne voulais pas me faire injecter de la cortisone par le médecin français"

L'attaquant Franck Ribéry, au centre d'un différend entre l'équipe de France et son club du Bayern Munich, concernant une lombalgie qui l'a contraint à déclarer forfait pour le Mondial, a indiqué samedi qu'il n'avait pas adhéré au protocole de soins proposé par l'encadrement médical français.

Citation:
"Je n'ai pas peur des piqûres. Mais je ne souhaitais pas me faire injecter de la cortisone par le médecin français. Je sais que ce n'est pas bon",







a-t-il dit dans une interview écrite à l'agence sportive allemande SID, filiale de l'AFP.

"Vous pouvez me croire, mais ma carrière va continuer après", a insisté Ribéry, dans uneallusion aux effets néfastes qu'aurait pu avoir la cortisone selon lui. Dans cet entretien, passé par l'intermédiaire du Bayern Munich, Franck Ribéry a apporté son soutien au médecin du club bavarois, le Dr Müller-Wolfhart, dont le protocole de soins à base d'injection, avait été mis en cause par le médecin de l'équipe de France.

"C'est injuste. Je ne peux pas accepter qu'on fasse des reproches au Dr. Müller-Wohlfahrt. Je suis depuis sept ans au Bayern et j'ai une confiance totale en 'Mull' (le surnom de Müller-Wohlfahrt en Allemagne, ndlr), il m'a toujours aidé. Il fait les choses correctement. Sans lui je ne sais pas si je jouerais au football comme je le fais. Il en va de même pour Arjen Robben (attaquant du Bayern et des Pays-Bas). Il a été si souvent blessé et il doit à Müller-Wohlfahrt de pouvoir à présent jouer sans problème et d'avoir démarré de manière aussi sensationnelle le Mondial. Ca on le doit - et beaucoup d'autres joueurs aussi - à Müller-Wohlfahrt."

Ribéry souligne aussi que "Müller-Wohlfahrt avait transmis (à l'équipe de France) tous les documents au sujet de (sa) blessure, il avait aussi proposé de (le) soigner à nouveau. Ca a été refusé" .

Une différence dans les protocoles de soins est à l'origine de la polémiqueentre l'encadrement médical de l'équipe de France et le Bayer Munich.

Le médecin de l'équipe de France Franck Le Gall avait stigmatisé jeudi le recours systématique aux injections dans les protocoles de soins employés au Bayern Munich, et souligné que Franck Ribéry avait "peur des piqûres".

Le médecin allemand Müller-Wohlfahrt, devenu au fil des ans celui des plus grands sportifs de la planète - dont la star du sprint, le Jamaïquain Usain Bolt -, avait répondu vendredi via un communiqué diffusé par son avocat.

Il avait précisé avoir mis à la disposition du médecin de l'équipe de France "tous les documents et analyses" et qu'il avait communiqué par téléphone "son point de vue au sujet des douleurs" de Ribéry.

Il avait également rappelé que "le traitement aux infiltrations à l'Actovegin" (produit à base de sang de veau déprotéiné), dont il s'est fait une spécialité,
est "explicitement autorisé par l'Agence mondiale antidopage". Ce produit est interdit en France.


















Au final c'est plutôt rassurant quelqu'un qui refuse de prendre des produits   (vu la pression autour des joueurs, on le oblige presque à prendre toute sorte de produit)
_________________
1er des Pronos 2010/2011 et 2012/2013 + 2ème en 2011/2012
1er de l'Affluence du Losc 2012/2013 + 2ème en 2011/2012
2ème des Pronos d'avant saison 2013/2014 et 2012/2013
2ème des pronos Coupe du Monde 2014
3ème de Defaitistes/Optimistes 2012/2013
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Dim 15 Juin - 07:44:10 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
chtiga42
Conseiller des Dogues

En ligne

Inscrit le: 02 Juin 2012
Messages: 7 500
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 9

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 09:08:19 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

Pour les membres parieurs je propose ce combiné valable chez presque tous les bookmakers:

France-Honduras (France gagnante)
Argentine - Bosnie (Argentine gagnante)
Suisse-Equateur (Suisse gagnante ou match nul)

Ce qui nous donne un combiné à environ 2.5/1
Revenir en haut
Thierry Roland
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2011
Messages: 15 758
Localisation: Olympe
Masculin
Point(s): -666

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 13:12:16 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

Les compos probables de Suisse - Equateur
Ce sera une première entre la Suisse et l'Equateur ce dimanche à Brasilia. Si les Helvètes attaquent leur dixième participation à une Coupe du Monde, son adversaire fait la passe de trois (après 2002 et 2006). Attention aux équipes sud-américaines pour la Nati, qui a toujours perdu contre ces sélections lors d'un Mondial (4 défaites).

CM 2014 (GPE E) / SUISSE - EQUATEUR :

Rédigé par Rédaction Football365
Suisse SUISSE - EQUATEUR Equateur

CM 2014 / GROUPE E - Dimanche 15 juin à 18h00 (4h au Japon)

Arbitre : M.Irmatov (UZB)

Estádio Nacional – Brasilia (69 432 places)


Après une jolie qualification en huitièmes de finale lors de la dernière édition, la Tri s’apprête à vivre son troisième Mondial. La Suisse, de son côté, est une habituée de cette compétition avec une dixième participation à venir. La Nati n’a encore jamais affronté l’Equateur dans son histoire. Il va pourtant bien falloir se méfier. Les hommes d’Ottmar Hitzfeld n’ont jamais battu en Coupe du Monde une équipe sud-américaine, perdant à quatre reprises. L’équation est simple. Si les joueurs de Reinaldo Rueda n’encaissent pas de but, ils l’emporteront. Dans le cas contraire, ce sera la défaite. Statistiquement en tout cas.
Les équipes probables

Suisse : Benaglio - Lichtsteiner, Djourou, Von Bergen, R.Rodriguez - Behrami, Inler (cap) - Shaqiri, Xhaka, Stocker - Drmic

Equateur : Banguera - Paredes, Guagua, Erazo, W.Ayovi - A.Valencia (cap), Noboa, Gruezo, Montero - Caicedo, E.Valencia


Ils ont dit

Ottmar Hitzfeld (Suisse) : « Nous avons un gros effectif, la concurrence est présente. Mon rêve est d’écrire une page d’histoire. Et écrire l’histoire, c’est à partir des quarts de finale. »

Reinaldo Rueda (Equateur) : « Antonio Valencia est notre grand référent. Il est très aimé à l'intérieur du groupe. C'est important pour nous de disposer d'un joueur qui évolue à un tel niveau. C'est vraiment un bon leader. »

Calendrier et résultats | Le classement des buteurs | La Tweet Map du Mondial
Les stats à retenir (avec OPTA)

Ce sera la 1ere confrontation internationale entre la Suisse et l’Equateur.
C’est la 10eme participation de la Suisse à la Coupe du Monde, la 3eme de rang après 2006 et 2010.
La Suisse a atteint les quarts de finale de la Coupe du Monde à 3 reprises (son meilleur résultat dans la compétition), dont la dernière fois à domicile en 1954.
C’est la 3eme participation de l’Equateur à la Coupe du Monde depuis 2002 après n’en avoir disputé aucune jusque lors.
Le meilleur parcours équatorien est un 8eme de finale en 2006 (éliminé par l’Angleterre).
La Nati a perdu ses 4 derniers matchs de Coupe du Monde face à des équipes sud-américaines, parvenant pas à trouver la faille lors des 3 derniers.
L’Equateur n’a jamais concédé de match nul en Coupe du Monde (3 victoires, 4 défaites).
La Suisse est restée invaincue durant les éliminatoires de la Coupe du Monde 2014, terminant première de son groupe avec 7 victoires et 3 matchs nuls.
L’Equateur s’est qualifié directement pour la Coupe du Monde en terminant à la 4eme place des éliminatoires de la Zone Amérique du Sud.
La Suisse n’a encaissé qu’un seul but lors de ses 7 derniers matchs de Coupe du Monde (contre le Chili le 21 juin 2010).
La Tri a gagné les 3 matchs durant lesquels elle a gardé sa cage inviolée dans cette compétition, s’inclinant à chaque fois qu’elle a encaissé un but.
L’Equateur a marqué ses 7 buts en Coupe du Monde depuis l’intérieur de la surface.
Josef Hugi est le meilleur buteur suisse en Coupe du Monde avec 6 buts.
Fabian Schär, qui n’a pourtant joué que 3 matchs de qualification sur les 10, a terminé les éliminatoires comme le meilleur buteur de la Nati.
Felipe Caicedo a marqué 7 buts en 9 éliminatoires de la Coupe du Monde 2014, soit le meilleur buteur de l’Equateur lors de la campagne de qualifications.
Agustin Delgado est le meilleur buteur équatorien en Coupe du Monde (3 buts).
Ottmar Hitzfeld va participer à sa seconde Coupe du Monde à la tête de la Suisse, après avoir déjà qualifié la sélection helvétique lors de la précédente édition en 2010.
Reinaldo Rueda, le sélectionneur colombien de l’Equateur, va retrouver le Honduras dans le groupe E, qu’il entraînait lors de la dernière Coupe du Monde en 2010.
Revenir en haut
Thierry Roland
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2011
Messages: 15 758
Localisation: Olympe
Masculin
Point(s): -666

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 13:13:49 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

La Nati a un nouveau statut à assumer
Tête de série discutée du tirage de la phase finale du Mondial, la Suisse doit assumer son nouveau statut face à l'Equateur dimanche. La Nati va pourtant se frotter à une équipe qui est bien plus qu'un sparring-partner.

CM 2014 / SUISSE :

Un collectif discipliné, des individualités de qualité et un nouveau statut à assumer. La Suisse s’avance avec confiance avant son entrée en lice dans le Mondial 2014 face à l’Equateur dimanche dans le groupe E. Fort d’une sixième place au classement FIFA, la Nati a en effet été épargnée lors du tirage au sort même si la France fait figure de favori du groupe. Les Bleus donc, le Honduras et l’Equateur. C’est ce dernier qui s’opposera en premier aux hommes d’Ottmar Hitzfeld. Un adversaire redouté à défaut d’être redoutable. « Il s’agit d’une équipe bien organisée et propre techniquement, a récemment confié le sélectionneur suisse. Elle peut compter sur des joueurs offensifs de talent : Antonio Valencia, à droite, Montero, à gauche, mais aussi Caicedo, Enner Valencia ou Rojas. Le danger principal, c’est leur transition éclair entre la défense et l’attaque. Il s’agira donc d’être vigilant et de ne pas leur offrir des possibilités de contre. Cela dit, cette équipe n’est pas une pure équipe de contre. Elle sait aussi construire depuis l’arrière et son occupation de l’espace est très intéressante. Même contre l’Angleterre ou les Pays-Bas, le plus souvent, elle n’a pas refusé le jeu. Nous y sommes préparés. »
Une génération prometteuse

Portée par une jeune génération prometteuse, qui a fait ses armes en Serie A et en Bundesliga, la Suisse sait qu’elle a une belle opportunité à saisir. Et ce même si des dents ont grincé quand son statut de tête de série a été révélé. La « Nati » n’a pourtant rien volé à personne. « Nous avons toujours fait bonne figure contre les grands ces derniers temps, a souligné Stephan Lichtsteiner. Nous avons battu le Brésil (1-0 en 2013), l’Allemagne (5-3, 2012), fait un match solide aux Pays-Bas (0-0 en 2011), nous avons toujours été présents. J’espère qu’on le sera à la Coupe du monde. Mais la Suisse a besoin de jouer chaque match à 100 %, sinon ça ne marche pas... » A l’image du défenseur de la Juventus Turin, considéré comme beaucoup comme le meilleur latéral de Serie A, la sélection helvète a des atouts à faire valoir. Valon Behrami, Blerim Dzemaili, Gökhan Inler, Josip Drmic ou encore l’une des stars de l’équipe, Xherdan Shaqiri. Le joueur du Bayern Munich est le joueur offensif numéro 1 de la Suisse. Provocateur, créateur et fin technicien, l’ancien du FC Bâle possède aussi une tête bien pleine, conscient qu’il ne pourra pas faire la différence à lui seul. « Nous sommes la petite Suisse. Nous ne sommes ni le Brésil, ni l'Espagne, a-t-il expliqué. Nous ne pouvons gagner qu'en équipe. Bien sûr, je rêve d'être décisif dimanche. Mais pour l'être, j'ai besoin de mes coéquipiers, de l'équipe. »
Un sélectionneur qui connaît bien la maison

Au pays, la presse rêve de voir cette génération multiethnique réaliser un tournoi d’envergure. Et rééditer pourquoi pas la prestation de 1954 quand la Nati avait atteint les quarts de finale. Dernier grand moment de son histoire footballistique en Coupe du Monde. C’était il y a déjà bien longtemps. Pour dépoussiérer son palmarès, les Rouges comptent sur l’homme le plus expérimenté de la sélection : Ottmar Hitzfeld. Le sélectionneur de la Suisse connaît la recette de la gagne pour avoir déjà remporté deux Ligues des Champions avec le Borussia Dortmund en 1997 et le Bayern Munich en 2001. Cette fois-ci, la tâche s’annonce encore plus compliquée. Pour maintenir tout son groupe concerné le plus longtemps possible, l’ancien coach du Grasshopper a la solution. « Chaque entraîneur a dans sa tête un objectif qui va de pair avec une équipe type. Moi aussi. Mais l’expérience m’a prouvé qu’il fallait laisser les choses ouvertes le plus longtemps possible, a-t-il confié au Matin. Pour étudier toutes les options et pour entretenir l’ambiance et la concentration dans le groupe. (…) Je vais encore collecter certains sentiments et mener des discussions ces prochains jours. Et en fonction de ça, je prendrai mes décisions. » Qui seront scrutées de près dans son pays d’adoption.
Revenir en haut
Thierry Roland
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2011
Messages: 15 758
Localisation: Olympe
Masculin
Point(s): -666

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 13:15:45 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

Le 15/06/2014 à 08:15:00 | Mis à jour le 15/06/2014 à 13:47:07
Foot
Coupe du Monde Gr. E La Suisse mise sur les côtés

Réputée ennuyeuse, la Suisse compte sur sa nouvelle génération pour enfin séduire offensivement. Et misera tout particulièrement sur ses excellents latéraux, dès dimanche face à l'Equateur (18h00).

Longtemps, la Suisse a ennuyé. Aussi rigoureuse défensivement qu'apathique offensivement, la Nati évoquait davantage la purge que le football champagne, et les supporters français ont sans doute encore en mémoire cet affreux 0-0 qui avait inauguré le parcours des Bleus à la Coupe du monde 2006. D'ailleurs, lors des deux dernières Coupes du monde, la Suisse n'a concédé que quatre buts en sept matches, sans pour autant franchir le cap des huitièmes de finale. Cette année, au Brésil, tout pourrait bien avoir changé : le sélectionneur Ottmar Hitzfeld peut en effet s'appuyer sur une génération dorée de talents offensifs, incarnée par les Shaqiri, Xhaka, Seferovic et autre Drmic. Pour autant, la Suisse devrait une fois encore s'appuyer sur sa défense. Pour ne pas concéder de buts, mais aussi pour en marquer...
Des latéraux de niveau mondial
Autour de la charnière Schar-Von Bergen, très forte athlétiquement mais peu véloce, la Nati possède, avec Ricardo Rodriguez et Stephan Lichtsteiner, une paire de latéraux qui n'a rien à envier aux meilleures équipes du tournoi. A gauche, Rodriguez a non seulement le patronyme, mais aussi le style d'un latéral sud-américain : ses montées incessantes et ses centres précis constituent un danger permanent, d'autant mieux exploité qu'il évolue derrière le droitier Stocker qui a tendance a repiquer dans l'axe pour lui laisser toute latitude. Auteur de cinq buts et neuf passes décisives cette saison avec Wolfsburg, il a été élu meilleur arrière gauche de la Bundesliga. Face à l'Equateur, il aura toutefois fort à faire face à Antonio Valencia, et devra veiller à ne pas laisser d'espaces dans son dos.
Lichtsteiner-Shaqiri, la droite forte
A droite, Stephan Lichtsteiner est une tête connue. Triple champion d'Italie avec la Juventus, l'ancien lillois est devenu incontournable à son poste et fait preuve d'une régularité remarquable. Moins doué techniquement et plus rigoureux défensivement que Rodriguez, il n'hésite cependant pas à se porter vers l'avant en utilisant sa puissance pour s'engouffrer dans le dos de son adversaire. Son association avec Xherdan Shaqiri, l'ailier du Bayern, risque de faire mal à une défense de l'Equateur pas franchement réputée pour sa solidité. Qu'on se le dise : la Suisse n'est pas venue au Brésil uniquement pour défendre. Et ses défenseurs, cette année, n'hésiteront pas à attaquer.
Revenir en haut
Thierry Roland
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2011
Messages: 15 758
Localisation: Olympe
Masculin
Point(s): -666

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 13:19:46 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

Les compos probables de France - Honduras
Pour sa première confrontation face au Honduras, l'équipe de France va tenter de renouer avec la victoire en Coupe du Monde. Cela ne lui est plus arrivé depuis son match décisif contre le Togo en 2006, en Allemagne (2-0).

CM 2014 (GPE E) / FRANCE - HONDURAS :

Rédigé par Rédaction Football365
France FRANCE - HONDURAS Honduras

CM 2014 / GROUPE E - Dimanche 15 juin à 21h00 (4h au Japon)

Arbitre : M.Ricci (BRE)

Estádio Beira–Rio - Porto Alegre (42 991 places)


Les Bleus n’ont plus gagné leur match d’ouverture d’un Mondial depuis 1998 et leur victoire à Marseille face à l’Afrique du Sud (3-0). Pire. La France totalise un seul succès en Coupe du Monde sur ses neuf dernières rencontres. De son côté, le Honduras n’a encore jamais gagné dans cette compétition. Les Blanc et Bleu n’ont d'ailleurs pas marqué le moindre but lors de l’édition 2010 en Afrique du Sud. Pour son premier match en tant que sélectionneur dans un Mondial, Didier Deschamps va tenter de faire en sorte que le Brésil reste une terre propice aux victoires françaises. La France n’a en effet perdu qu’une seule rencontre sur six disputées sur le sol brésilien.
Les équipes probables

France : Lloris (cap) - Debuchy, Varane, Sakho, Evra - Pogba, Cabaye, Matuidi - Valbuena, Benzema, Griezmann

Honduras : Valladares (cap) - Beckeles, Bernardez, M.Figueroa, Izaguirre - M.Chavez, W.Palacios, Garrido, Espinoza - Costly, Bengtson
Ils ont dit

Loïc Rémy (France) : « On suppose que le Honduras va nous rentrer dedans. Mais on ne va pas se laisser marcher dessus. Ce serait bien de marquer rapidement aussi. C’est souvent important dans ce genre de rencontres. »

Jerry Palacios (Honduras) : « On a faim de victoires. Le groupe s'est préparé mentalement pour que ce Mondial soit historique pour notre pays. Nous sommes des joueurs costauds, et on lutte sans cesse jusqu'à la dernière minute. »


Les stats à retenir (avec OPTA)

Ce sera la 1ere confrontation entre les deux pays. Le Honduras va devenir le 88eme adversaire de l’histoire des Bleus.
Il faut remonter au 12 juin 1998 pour voir les Bleus gagner leur match d'ouverture en Coupe du Monde (3-0 contre l'Afrique du Sud à Marseille).
Depuis sa victoire en 1998, la France n’a plus réussi à marquer lors de son match ouverture de Coupe du Monde, s’inclinant face au Sénégal en 2002 (0-1) et concédant 2 matches nuls et vierges (contre la Suisse en 2006 et l’Uruguay en 2010).
La France n’a gagné qu’un seul de ses 9 derniers matchs de groupes en Coupe du Monde (2-0 contre le Togo en 2006).
Les Bleus ont été éliminés au 1er tour lors de 4 de leurs 5 participations à des phases finales de Coupe du Monde hors du continent européen. La seule exception est l’édition 1986 disputée au Mexique lorsque les Bleus accrochèrent la 3e place.

Les Bleus n'ont perdu qu'un seul de leurs 6 matchs sur sol brésilien (0-3 contre le Brésil à Porto Alegre le 9 juin 2013), pour 3 victoires et 2 nuls.
Les Bleus n’ont marqué qu’un seul but dans le jeu lors de leurs 6 derniers matchs de Coupe du Monde.
Le Honduras a terminé 1er de son groupe au 3eme tour des éliminatoires de la Coupe du Monde 2014 zone Concacaf avant de finir 3eme du 4eme tour derrière les Etats-Unis et le Costa Rica mais devant le Mexique.
Le Honduras participe à sa 3eme Coupe du Monde après les éditions 1982 et 2010. Dans l’attente de sa 1ere victoire, son bilan est de 3 nuls et 3 revers.
Le Honduras n’a pas marqué lors de ses 4 derniers matchs de Coupe du Monde et n’a d’ailleurs pas inscrit le moindre but lors de l’édition 2010.
Le Honduras n’a gardé sa cage inviolée qu’une seule fois lors de ses 6 matchs en Coupe du Monde, lors du dernier contre la Suisse (0-0) le 25 juin 2010.
Aucun des 32 derniers tirs du Honduras en Coupe du Monde n’a trouvé la faille, le dernier but remontant au 21 juin 1982 contre l’Irlande du Nord (Eduardo Laing).
C’est l’équipe qui a disputé le plus de matchs dans la compétition sans jamais récolter de succès, à égalité avec la Bolivie, la Nouvelle-Zélande et le Salvador (6 matches, 0 victoire).
La France est l’équipe qui possédait les remplaçants les plus efficaces en éliminatoires de la Coupe du Monde 2014 zone Europe (4 buts).
L’équipe de France sera sans Franck Ribéry (absent pour cause de blessure), lui qui était meilleur buteur et meilleur passeur des Bleus lors des éliminatoires de la Coupe du Monde (5 buts, 6 passes décisives en 10 matches).
Hector Zelaya et Eduardo Laing sont les deux seuls buteurs Honduriens en Coupe du Monde ; ils ont chacun marqué un but. C’était en 1982.
Jerry Bengtson a terminé meilleur buteur du Honduras en éliminatoires de la Coupe du Monde 2014 avec 9 buts en 12 matchs. Cette saison en MLS, il a marqué un but en 180 minutes jouées avec le New England Revolution.
Luis Fernando Suarez va participer à sa 2eme Coupe du Monde en tant que sélectionneur, lui qui a emmené l’Equateur en 8emes de l’édition 2006 (éliminé par l’Angleterre 0-1). Le Colombien a un bilan de 2 succès et 2 revers.
Des 4 sélectionneurs des équipes du groupe E, Didier Deschamps est le seul à ne pas avoir dirigé le moindre match en phase finale de Coupe du Monde (4 pour Suarez, 3 pour Ottmar Hitfzeld et Reinaldo Rueda).
Deschamps est le seul sélectionneur de la Coupe du Monde 2014, avec Jürgen Klinsmann, à avoir gagné le trophée en tant que joueur.
Revenir en haut
Thierry Roland
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2011
Messages: 15 758
Localisation: Olympe
Masculin
Point(s): -666

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 14:13:17 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

Groupe E : les Bleus sur la pointe des pieds

Le Monde.fr | 15.06.2014 à 08h00 | Par Erwan Le Duc

A moins d'avoir de la famille au sein des équipes qui le composent, ce groupe E ne compte pas parmi les plus excitants de ce premier tour. Loin des projecteurs, il semble donc idéal pour une équipe de France en quête de rachat et de tranquillité après le fiasco sud-africain. Au programme, des retrouvailles avec la Suisse, croisée en 2006, et deux vrais matchs de Coupe du monde contre des adversaires méconnus, un Equateur aux allures d'outsider et un Honduras réputé rugueux.


LE FAVORI : LA SUISSE

Ambitieuse comme jamais, la Suisse retrouve le continent américain, vingt ans après un Mondial aux Etats-Unis qui avait révélé la génération Chapuisat. La Nati, avec à sa tête l'Allemand Ottmar Hitzfeld, mise toujours sur cette solidité collective qui lui a souvent permis de faire déjouer ses adversaires, mais, avec la jeunesse montante des Shaqiri, Inler et autres Xhaka, s'est ajoutée une bonne dose de talent. A ce titre sa campagne de qualifications, terminée à la première place de son groupe et invaincue, a gonflé sa confiance.

L'objectif officiel : retrouver l'ivresse des quarts, comme au bon vieux temps (1934, 1938, 1954).

L'objectif officieux : dézinguer l'Espagne lors d'un match éliminatoire, après l'avoir fait en poules lors du Mondial 2010 (1-0), pour ce qui reste la seule défaite de la Roja lors d'un grand tournoi depuis le Mondial 2006 (élimination en huitièmes contre la France).

Le joueur à surveiller : Xherdan Shaqiri. Le milieu offensif, doublure officielle de Franck Ribéry au Bayern Munich, pourrait être la révélation de la Nati, si sa condition physique le permet. Explosif et dribbleur, Shaqiri est à 22 ans le fer de lance de la jeune génération suisse, sacrée championne d'Europe 2009.

Le joueur à ne pas surveiller : Tranquillo Barnetta. Champion d'Europe des – 17 ans en 2002, nominé pour le titre de meilleur jeune au Mondial 2006... et puis plus grand chose. Le milieu offensif, joueur le plus expérimenté de cette Nati (73 sélections et 10 buts), risque d'avoir du mal à sortir du banc lors de ce Mondial aux allures de dernier tour de piste.

Les Bleus suivent Mathieu Valbuena, qui suit un ballon, le 10 juin à Ribeirao Preto.

L'OUTSIDER : LA FRANCE

Habitués à faire les malins lors des quatre dernières éditions du Mondial – sacre surprise en 1998, puis élimination surprise au premier tour en 2002, puis finale surprise et coup de tête de Zizou non moins surprise en 2006, puis grève ridicule mais toujours aussi surprise en 2010 – les Bleus pourraient bien créer la surprise cette année encore, cette fois en ne créant pas la surprise. C'est à dire en sortant du groupe à la 2e place, puis en quittant gentiment la compétition après une défaite en 8e contre l'Argentine. Idéal pour préparer l'Euro 2016 à la maison.

L'objectif officiel : gagner deux matchs de groupes, pour faire son meilleur parcours de premier tour depuis 1998.

L'objectif officieux : gagner l'Euro 2016.

Le joueur à surveiller : Paul Pogba. Le milieu de terrain de la Juventus joue déjà comme le patron de cette sélection, faisant oublier ses 10 sélections et ses 21 ans. Avec Cabaye et Matuidi, il a permis aux tricolores de se construire un milieu, et de stabiliser toute l'équipe. Seul bémol, le garçon a déjà joué plus de 60 matchs cette saison...

Le joueur à ne pas surveiller : Morgan Schneiderlin. Inconnu au bataillon, au point que le sélectionneur a écorché son nom au moment de l'annoncer dans sa liste des réservistes, le milieu relayeur de Southampton ne compte aucune cape internationale, et doit sa présence à la blessure de Clément Grenier lors du stage de préparation. La preuve que l'important, c'est de participer.

Les joueurs équatoriens à l'entrainement, le 10 juin à Viamao. Les joueurs équatoriens à l'entrainement, le 10 juin à Viamao. | AFP/RODRIGO BUENDIA

LE TROUBLE-FÊTE : L'EQUATEUR

Force émergente d'Amérique du Sud, avec deux Mondiaux à son actif (2002, 2006), l'Equateur a fini 4e des éliminatoires de la zone AmSud, poussant notamment l'Uruguay à en passer par un barrage intercontinental. Adepte d'un jeu rapide passant par les côtés, la « Tri » sera emmenée par sa doublette de Valencia. Son ailier-star, Luis Antonio, qui joue à Manchester United, et sa révélation, l'avant-centre Enner évoluant à Pachuca au Mexique.

L'objectif officiel : et bien, disons, jouer les trouble-fêtes du groupe E.

L'objectif officieux : rendre hommage à leur avant centre Christian Benitez, décédé d'une crise cardiaque en 2013, comme l'avait fait Oscar Kaviedes au Mondial 2006 lorsqu'il avait mis un masque d'araignée après un but, en souvenir de son camarade Tenorio, adepte de ladite célébration et mort peu de temps auparavant.

Le joueur à surveiller : Luis Antonio Valencia. L'ailier de Manchester United a été chronométré comme étant le joueur le plus rapide du monde avec un ballon dans les pieds, devant Cristiano Ronaldo.

Le joueur à ne pas surveiller : Segundo Castillo. Pour la bonne raison que le milieu de terrain de la « Tri » ne sera pas au Brésil. Joueur clé, Castillo s'est blessé à une cuisse lors d'un choc avec le Mexicain Luis Montès en match de préparation, lequel s'en est sorti avec une fracture du tibia qui le laisse aussi sur le flanc.

L'attaquant du Honduras Jerry Bengston, le 11 juin à Porto Feliz. L'attaquant du Honduras Jerry Bengston, le 11 juin à Porto Feliz. | AFP/RODRIGO ARANGUA

LA GROSSE CÔTE : LE HONDURAS

Le Honduras disputera également sa 3e phase finale après celles de 1982 et 2010, et vise simplement une première victoire dans cette compétition. La « H » s'appuiera sur elle aussi sur une doublette, celle des deux frères Palacios, Wilson et Jerry, et bénéficiera d'une préparation mentale façonnée par le technicien argentin Jorge Valdano, ancien champion du monde.

L'objectif officiel : se qualifier pour la Coupe du monde au Brésil.

L'objectif officieux : éviter de provoquer une nouvelle guerre, comme en 1969, lorsqu'un match contre le Salvador sert d'excuse à la « guerre des cent heures » qui éclate à la frontière entre les deux pays.

Le joueur à surveiller : Wilson Palacios. Milieu de terrain à tout faire, qui a failli, lorsqu'il rayonnait à Tottenham, être l'une des première recrues star du PSG au moment du rachat par QSI. Mais qui ne le fut pas, et qui s'est préparé toute la saison pour ce Mondial en jouant à Stoke City.

Le joueur à ne pas surveiller : Noël Valladares. 37 ans, 120 sélections, et 3 buts marqués. Des stats honnêtes, surtout pour un gardien de but, même si le dernier rempart hondurien compte surtout sur l'agressivité de ses défenseurs pour ne pas avoir à s'employer.

_____________________________________________________________________

Le scénario attendu : la Nati boucle son premier tour invaincue, avec deux victoires et un match nul contre la France, sur un bon vieux 0-0. Des Bleus qui arrachent leur place en huitième lors d'une petite finale contre l'Equateur, battu sur un but de Mamadou Sakho à la 88e minute d'un match irrespirable.

Le scénario inattendu : suite à la blessure de Rémy Cabella à l'entrainement, Didier Deschamps rappelle Franck Ribéry, qui finalement va mieux. A court de forme, le Munichois ne joue qu'une minute contre le Honduras, mais marque 3 buts et lance une brillante campagne tricolore, qui s'achèvera cependant en huitième de finale lors d'une défaite surprise contre le Chili. Franck Ribéry termine meilleur buteur du Mondial, avec 28 buts marqués en 7 minutes de jeu étalées sur 4 matchs. Une performance vraiment inattendue qui vaudra à Ribéry une nomination dans la catégorie « performance vraiment inattendue du Mondial 2014 » - une récompense finalement remportée par le chanteur Faudel, qui a remplacé Shakira à la dernière minute lors de la cérémonie de clôture.

Comme on se retrouve : surtout, rester bons amis. Lors de leurs trois dernières confrontations, en éliminatoires puis en phase de groupes du Mondial 2006, Suisses et Français ont croisé le fer, en s'appliquant bien à se quitter sur un partage des points.

Ce qui va faire parler : l'entrée en jeu de Didier Deschamps contre le Honduras lors du premier match, pour leur montrer qu'en France aussi, on sait tacler avec les deux pieds décollés.
Revenir en haut
Thierry Roland
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2011
Messages: 15 758
Localisation: Olympe
Masculin
Point(s): -666

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 14:14:03 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

Le phénomène

Le Monde.fr | 15.06.2014 à 13h10 • Mis à jour le 15.06.2014 à 13h34
Le milieu offensif va disputer son premier match de Coupe du monde avec les Bleus. A 21 ans, il incarne déjà l’esprit guerrier de la sélection de Deschamps.

Par Rémi Dupré Journaliste au Monde

Particulièrement vigilant à l’approche du Mondial brésilien, Eric Bédouet l’affirmait sans détour : « Paul Pogba fait partie de ces jeunes joueurs que l’on protège actuellement. On fait très attention. Il est au-dessus du lot. Il a un niveau physiologique et une technique exceptionnels. Il ne s’est pas beaucoup reposé depuis un an comme il a remporté, l’été dernier, la Coupe du monde avec les moins de 20 ans. En plus, il évolue en Italie, un pays de foot qui est très exigeant. Donc tout le staff le surveille. »

C’est peu dire que le préparateur physique de l’équipe de France, sur ordre du sélectionneur Didier Deschamps, couve sa pépite de 21 ans qui disputera son premier match de Coupe du monde, dimanche 15 juin à Porto Alegre, contre le Honduras. A la limite de la surchauffe, le longiligne (1,91 m) milieu de terrain de la Juventus Turin vient d’enchaîner une soixantaine de rencontres cette saison avec, à la clé, un deuxième titre consécutif de Serie A remporté avec la « Vieille Dame ».

Séances allégées, exercices de récupération et autres soins : le natif de Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne) a été préservé et bichonné durant le stage des Bleus à Clairefontaine. Le 27 mai, il n’a disputé que la première mi-temps du match amical victorieux (4-0) contre la Norvège. Le numéro 19 tricolore a profité de ces quarante-cinq minutes pour inscrire, d’une déviation subtile de la tête, son deuxième but en sélection. « On n’a pas gagné la Coupe du monde et je ne suis rien du tout », a lâché dans un élan d’humilité, ce soir-là, le colosse.

Ovationné par le public du stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d’Ascq (Nord), il n’est rentré qu’en fin de rencontre lors du festival offensif (8-0) des Bleus face à une Jamaïque faiblarde, le 8 juin. Une semaine plus tôt, le milieu à la crête péroxydée avait passé davantage de temps sur le terrain contre le Paraguay (1-1), faisant preuve d’une nonchalance coupable. En témoigne une relance hasardeuse dans l’axe dont auraient pu profiter les Guarani. « Je n’ai pas à recadrer Paul plus qu’un autre », avait tempéré dans la foulée Didier Deschamps, pourtant agacé par ces erreurs de jeunesse à répétition.
Le Français sous les couleurs de la Juventus Turin le 20 février. Le Français sous les couleurs de la Juventus Turin le 20 février. | REUTERS/© Giorgio Perottino / Reuters

Perfectible, Pogba cristallise les espoirs d’une sélection désireuse de prolonger au Brésil la dynamique créée, le 19 novembre 2013, à l’issue du barrage retour triomphal (3-0) contre l’Ukraine. Lors de cette soirée de grande réconciliation, le milieu formé au Havre (2007-2009) s’était époumoné au micro, haranguant les spectateurs du Stade de France emballés par sa fraîcheur et par son enthousiasme.

Selon un sondage IFOP réalisé juste après l’exploit des Tricolores pour l’émission « Canal Football Club » et le magazine France Football, il bénéficiait alors de 89 % de bonnes opinions auprès du public. « Pour les médias, il incarne le renouveau des Bleus, note Pierre Mankowski, l’entraîneur de l’équipe de France des moins de 20 ans avec laquelle Pogba a remporté la Coupe du monde, en juillet 2013, en Turquie. Il a un profil très atypique et les journalistes en ont fait une star. » « Il symbolise le renouvellement voulu par Didier Deschamps », ajoute François Blaquart, directeur technique national à la Fédération française de football (FFF).
« il polpo paul »

A deux ans de l’Euro 2016 organisé dans l’Hexagone, celui qui est surnommé « Il Polpo Paul » (« le poulpe », en référence à Paul le Poulpe, l'oracle de 2010) dans le Piémont pour sa capacité à ratisser les ballons avec ses jambes fuselées et interminables personnifie l’essor de la génération née en 1993, celle des Raphaël Varane et Lucas Digne, qui est appelée à prendre le pouvoir chez les Bleus. Arrière gauche au PSG et figurant parmi les 23 Tricolores retenus pour le Mondial, ce dernier est dithyrambique sur son coéquipier : « Paul est un leader. Il tire tout le monde vers le haut et fait maintenant partie des grands joueurs. Il a un très bel avenir devant lui. »

Derrière l’ascension express de Pogba se camoufle une préparation individuelle méticuleuse. Depuis ses 16 ans, le joueur travaille avec un préparateur physique attitré à chaque intersaison. A Turin, il s’est entouré d’une petite équipe composée d’un physiothérapeute, à son écoute au lendemain des matchs, et d’un diététicien qui transmet les menus à son cuisinier personnel.
Le milieu de terrain, champion du monde des moins de 20 ans avec l'équipe de France, le 13 juillet. Le milieu de terrain, champion du monde des moins de 20 ans avec l'équipe de France, le 13 juillet. | REUTERS/© Murad Sezer / Reuters

Cheville ouvrière depuis juillet 2012 d’une Juve organisée autour du « maestro » et esthète Andrea Pirlo, vétéran (35 ans) aux coups de pattes ciselés, Paul Pogba progresse continuellement sous l’égide d’Antonio Conte, le sourcilleux entraîneur de la Juve. Sous contrat avec les Bianconeri jusqu’en 2016, le jeune homme a notamment vu sa valeur marchande grimper en flèche au gré de ses brillantes performances sur les pelouses transalpines. Elle s’élève à 66 millions d’euros selon l’étude annuelle établie par l’Observatoire du football du Centre international d’étude du sport de Neuchâtel.

Seul joueur français à figurer parmi le top 10, il occupe le sixième rang de ce classement dominé par l’Argentin Lionel Messi (216 millions d’euros). « Il est précieux comme un Salvador Dali. Il vaut deux fois plus cher que Gareth Bale [transféré au Real Madrid pour 97 millions d’euros]. Avec les prix du marché pratiqués par le Real, il vaut aujourd’hui 200 millions », bluffait, à l’été 2013, son agent Mino Raiola, qui s’occupe également de pointures comme Zlatan Ibrahimovic.

« Il n’a aucun doute sur lui et sur son jeu. Il ne craint personne, aucun match, aucun événement. Le mot qui le qualifie le mieux est “adaptation” »

Après le forfait de Franck Ribéry pour le tournoi planétaire, Pogba (11 sélections seulement) et l’attaquant madrilène Karim Benzema sont désormais les deux seules têtes d’affiche de l’effectif tricolore au Brésil. « Mon objectif, c’est d’être le meilleur joueur du monde », avait confié le milieu lors de son arrivée à la Juve.

« C’est un athlète de NBA avec des pieds brésiliens », le dépeint, quelques mois plus tard, le quotidien sportif italien La Gazzetta dello Sport. « Il n’a aucun doute sur lui et sur son jeu, loue Pierre Mankowski. Il ne craint personne, aucun match, aucun événement. Le mot qui le qualifie le mieux est “adaptation”. J’espère qu’il lui reste des points à améliorer. Il est complet aussi bien techniquement que physiquement. Il ne s’est jamais perdu en route. » Sa trajectoire est pourtant tout sauf rectiligne.

A l’instar de ses frères aînés Florentin et Mathias, devenus également footballeurs professionnels (le premier à Saint-Etienne, le second en D3 anglaise), Paul a caressé, de 6 à 13 ans, ses premiers ballons au club de Roissy-en-Brie, ville où réside toujours sa famille d’origine guinéenne. « Ce n’était pas un surdoué mais il avait une âme de capitaine, se souvient Sambou Tati, l’un de ses entraîneurs de l’époque. Il se laissait parfois aller à des gestes techniques et j’essayais de le rabaisser. Il était vexé, il pleurait puis il réagissait sur le terrain. »

« C’était un grand travailleur, un perfectionniste, qui était toujours le premier à l’entraînement, développe Mahamadou Magassa, son ex-coach. Il ne refusait pas le combat même s’il était frêle et petit. A 13 ans, il était déjà surclassé dans la catégorie au-dessus et on l’a laissé partir à Torcy, un club plus performant. Nous ne voulions pas le faire stagner. »

En 2007, Paul Pogba intègre la prestigieuse académie du Havre athletic club (HAC). Deux ans plus tard, il déclenche une tempête médiatique et juridique en quittant la formation normande pour le centre de formation de Manchester United (MU). Les Red Devils proposent alors à l’apprenti un contrat de 15 000 euros mensuels lorsqu’il aura soufflé ses 17 bougies.

Le président du HAC, Jean-Pierre Louvel, rue dans les brancards et la FFF refuse de signer la lettre la sortie de Pogba. Un accord à l’amiable est trouvé après que l’adolescent a franchi la Manche. « Le club n’en veut pas au gamin, explique-t-on au HAC. Il n’y est pour rien. C’est MU qui l’a fait partir trop jeune. Le club anglais s’est rattrapé en nous versant finalement des indemnités. » « Le Havre ne lui a pas proposé un contrat correct, justifie Mahamadou Magassa. Il ne peut s’en prendre qu’à lui-même… »

En manque de temps de jeu en Angleterre, alternant les allers-retours entre l’équipe réserve et le banc des remplaçants de MU, Pogba parfait sa réputation d’« enfant terrible » en s’opposant frontalement à Sir Alex Ferguson, le manageur mancunien. En mars 2012, il réclame son bon de sortie au technicien écossais, véritable institution au club. « Il n’était pas dans le calcul financier. C’était encore un enfant et il voulait simplement du temps de jeu, avance Mahamadou Magassa. Il a été patient durant six mois. Mais lorsqu’on vous dit : “Tu es à deux doigts de jouer” et qu’on ne voit pas la fin du tunnel, c’est qu’on ne vous fait pas confiance. » « Nous sommes déçus. Il nous a manqué de respect. Pour être honnête, je préfère le voir loin de nous », déclarera, en guise d’adieux, un Alex Ferguson glacial.

Pour Pogba, l’exil en Italie s’avère judicieux puisque ses prestations avec les Bianconeri lui permettent d’intégrer l’équipe de France A, le 22 mars 2013 contre la Géorgie, à l’occasion d’un match qualificatif au Mondial 2014. Auteur d’une faute sur le rusé Xavi Hernandez, il est exclu quatre jours plus tard, lors de sa deuxième sélection avec les Bleus contre l’Espagne. Il quitte, penaud, la pelouse de Saint-Denis, laissant ses partenaires, en infériorité numérique, s’incliner (0-1) face aux champions du monde. Cette erreur ne lui est finalement pas préjudiciable et Pogba s’implante dans un milieu tricolore aiguillé par Blaise Matuidi et Yohan Cabaye. De l’entente entre les trois hommes dépendra le parcours des Bleus au Mondial.

« Paul a su s’imposer en Italie mais il pourrait faire de même en Angleterre et en Espagne, estime Mahamadou Magassa. A Roissy-en-Brie, c’est une idole pour les gamins du club. En équipe de France, il est là pour dix ans. » Au minimum.
Revenir en haut
Thierry Roland
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2011
Messages: 15 758
Localisation: Olympe
Masculin
Point(s): -666

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 14:16:57 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

France-Honduras : Un sifflet controversé

Par Cédric Callier, 14-06-2014

Sandro Meira Ricci sera observé de près dimanche à Porto Alegre - AFP

Après la Seleçao jeudi, un autre Brésilien s’apprête à débuter «sa» Coupe du monde. Il s’agit de Sandro Meira Ricci, qui arbitrera la rencontre France-Honduras. Présentation d’un directeur de jeu loin de faire l’unanimité.

A 39 ans, Sandro Meira Ricci s’apprête à vivre un rêve. En apprenant qu’il succédait à Carlos Eugenio Simon, qui avait représenté l’arbitrage brésilien lors des trois dernières Coupes du monde avant d’annoncer sa retraite en 2011, il n’avait d’ailleurs pas cherché à masquer son émotion : «Participer à une Coupe du monde, qui plus est dans son propre pays, est une occasion unique. Je n’aurais pas osé imaginer cela, même dans mes rêves les plus fous. Mais j'ai travaillé dur au cours des dernières années pour que cela devienne réalité. Mes amis et ma famille le savent. Ma satisfaction est énorme. D’autant que j’ai conscience que, tout comme la Seleçao, je représenterai le Brésil à cette occasion.» Mais du rêve au cauchemar, il n’y a souvent qu’un pas. Surtout au vu des, déjà, nombreuses erreurs de la part du corps arbitral depuis le début de la Coupe du monde.

Insulté par Neymar en 2011
D’où cette «anxiété» que Sandro Ricci reconnaissait sentir monter auprès de nos confrères brésiliens. Surtout qu’il traîne derrière lui un certain nombre de controverses ne l’ayant pas vraiment rendu populaire dans son pays. Ainsi, en 2010, il sifflait un penalty inexistant en faveur du Corinthians, qui offrait alors un succès très important dans la course au titre au club paulista face à Cruzeiro (même si au final Fluminense fut sacré). A l’époque, le président de Cruzeiro l’avait traité de «bâtard», ce qui lui avait évidemment valu une amende de 44 000 euros.

Insulté, Ricci le fut également par un certain… Neymar, un peu plus d’un an plus tard. Alors qu’il n’était pas en mesure de jouer, l’international auriverde avait usé de son compte Twitter pour qualifier l’arbitre de «voleur» après qu’une fois encore il ait accordé un penalty injustifié à Vitoria contre Santos, le club où évoluait alors Neymar. Deux décisions qui peuvent faire peur dans un climat pesant pour le corps arbitral dans ce Mondial où deux penalties infondés ont déjà été accordés en faveur du Brésil et de l’Espagne.

«Le symbole de la décrépitude de l’arbitrage au Brésil»
Ces deux erreurs, Sandro Ricci les traîne encore comme des boulets aux yeux de certains de ses compatriotes. Ce qui ne l’a pas empêché d’être élu en 2010 meilleur sifflet du championnat brésilien. Interrogés par nos soins, les journalistes locaux, eux, demeurent partagés. Même s’ils se rejoignent tous sur un point : Ricci est aujourd’hui le directeur de jeu auriverde le plus compétent. Sauf que pour certains persiffleurs, il en devient «le symbole de la décrépitude de l’arbitrage au Brésil».

Un jugement négatif que ne partagent pas les spécialistes de SporTV, la chaîne la plus regardée au Brésil. «Oui, il a commis des erreurs mais depuis un an et demi, il est irréprochable», assuraient-ils en chœur. D’où sa nomination comme arbitre de la finale du dernier Mondial des clubs entre le Bayern Munich et le Raja Casablanca. D’où, aussi, sa présence au dernier Championnat du monde des moins de 20 ans lors duquel il avait notamment dirigé le quart de finale entre la France et l’Ouzbékistan. Un match que les Bleuets avaient remporté nettement (4-0) avec… deux penalties en leur faveur. De bon augure pour ce dimanche ?

Par Cyrille Haddouche, à Porto Alegre
Revenir en haut
Thierry Roland
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2011
Messages: 15 758
Localisation: Olympe
Masculin
Point(s): -666

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 14:23:38 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

Allez, c'est l'heure du dodo, avant un réveil très tôt pour suivre les Bleus.
Je ne pensais pas dire ça il y a encore de la quelques mois, mais en dépit de la présence insupportable d'Evra, je me sens de nouveau à fond derrière cette sélection. J'espère que ses résultats iront de paire avec sa nouvelle image, afin de préparer l'Euro à domicile dans les meilleures conditions. Et de donner encore plus de saveur à cette coupe du monde.

Allez les Bleus !!!!
Revenir en haut
Tobby
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 7 435
Masculin
Point(s): 22

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 15:55:57 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

C'est le grand jeu , la France est debout   (http://www.dailymotion.com/video/x569d6_tous-ensemble-2002_music) 
Revenir en haut
MSN
Dieu Roustan le vrai !!!
Dogue

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juil 2012
Messages: 2 324
Localisation: En chacun de vous .
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Point(s): 0

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 17:29:54 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

que faire , me coucher mantenant et me lever dans 2h30 ? Ou Bien suivre Équateur - Suisse avec 1 but juste au moment
 où j'allume ma télé . Allez l'Équateur !!!
_________________
L'abus de faux rhum est nuisible à la santé.
Revenir en haut
chtiga42
Conseiller des Dogues

En ligne

Inscrit le: 02 Juin 2012
Messages: 7 500
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 9

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 17:35:53 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

30 minutes de jeu dans Suisse-Equateur et je trouve les suisses un peu endormis.
Revenir en haut
Ignacio
Conseiller des Dogues

En ligne

Inscrit le: 16 Fév 2012
Messages: 14 363
Localisation: région Armentières
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 3

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 18:08:04 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

Okay Okay
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains ont l'air brillants avant d'avoir l'air cons.

À notre époque, sembler con est la meilleure façon de passer inaperçu.
Revenir en haut
Dieu Roustan le vrai !!!
Dogue

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juil 2012
Messages: 2 324
Localisation: En chacun de vous .
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Point(s): 0

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 18:56:30 (2014)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur) Répondre en citant

Dégouuuuuuuuuuuuuuuuuuté !!!! L'Équateur qui rate la balle de match avec l'attaquant qui,a voulu faire un gri-gri au lieu de tirer quitte à ce que ça soit 5 mètres au-dessus , l'Équateur s'arrête de jouer et la Suisse en contre met son 2ème but à la dernière seconde ( Très bonne décisions de l'arbitre qui a laisse l'avantage , dommage pour l'Equateur et  pour...moi ) , rageaaaaaaaaaaaaaant !!!!!!! Bon ben on a intérêt à battre l'Équateur. Sinon , très beau match , me suis pas ennuyé une seconde , l'Equateur méritait mieux. Cruel.
_________________
L'abus de faux rhum est nuisible à la santé.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:11:21 (2017)    Sujet du message: Brésil 2014 : Groupe E (Suisse, France, Honduras, Equateur)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, … 14, 15, 16  >
Page 2 sur 16

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | FAQ | Groupes

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com