Vive le Losc   Index du Forum

Portail - Seydoux Magazine - Interviews - Facebook - Le tchat - Rechercher - Membres - Profil - Se connecter pour vérifier ses messages privés - Connexion - S’enregistrer

Ligue 1 : 18 clubs démissionnent de l'UCPF

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ignacio
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2012
Messages: 14 036
Localisation: région Armentières
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 3

MessagePosté le: Mer 12 Aoû - 11:08:26 (2015)    Sujet du message: Ligue 1 : 18 clubs démissionnent de l'UCPF Répondre en citant

.

Ligue 1 : 18 clubs démissionnent de l'UCPF


Ces 18 clubs de l'élite ont annoncé qu'ils voulaient "former ensemble un nouveau syndicat professionnel". Guingamp et Rennes n'en font pas partie. Source AFP
Publié le 11/08/2015 à 22:20 - Modifié le 12/08/2015 à 06:45 | Le Point.fr


Les équipes de Saint-Étienne et de l'OL, photo d'illustration.©Stephane Guiochon

  • L'ensemble des clubs de Ligue 1, à l'exception de Guingamp et Rennes, ont annoncé mardi qu'ils démissionnaient avec effet immédiat de l'Union des clubs professionnels de football (UCPF) pour "former ensemble un nouveau syndicat professionnel", selon un communiqué. "Cette démission est effective dès à présent, avant le jugement en référé du 13 août du Conseil d'État où des clubs de Ligue 2 représentant une minorité des votes du football professionnel en France ont choisi de s'opposer, avec le soutien du Comité exécutif de la Fédération Française de Football, à la volonté de la majorité constituée par nos 18 clubs de Ligue 1", écrivent les 18 présidents de clubs de Ligue 1 signataires du document. "La Ligue 1 ne souhaite pas avoir à remettre en cause les principes de solidarité y compris financière avec la Ligue 2, mais veut la liberté de mettre en place les réformes indispensables au développement de notre football pro français", explique le communiqué.

L'UCPF, syndicat qui regroupe l'ensemble des clubs de football français professionnels, avait connu une première secousse début juillet, lorsque Jean-Pierre Louvel, son président et par ailleurs président du Havre (Ligue 2), et Jean-Michel Aulas, président de Lyon, avaient annoncé leur démission de l'instance. Ces annonces avaient eu lieu après que la Ligue de football professionnel (LFP) eut limité le nombre de montées/descentes entre L1 et L2 à deux, une décision qui a divisé les clubs de l'élite, très majoritairement favorables, et les autres. Le comité exécutif de la Fédération (FFF) a ensuite annulé ce principe de deux montées/deux descentes, ce qu'a contesté la LFP. Elle a saisi en référé le Conseil d'État, plus haute juridiction administrative française, qui étudiera le dossier jeudi.
"Un véritable abus de pouvoir"
Les clubs de L1 se sont associés à l'action, estimant qu'"en annulant cette décision, largement majoritaire au sein même de l'ensemble des instances du football professionnel, le Comex de la FFF a commis un véritable abus de pouvoir". Dans le communiqué que l'AFP a consulté mardi, les présidents de clubs démissionnaires ont expliqué avoir pris cette décision "importante pour l'avenir des clubs professionnels de Ligue 1" en raison de la situation à laquelle ils sont "actuellement confrontés". "Face à une concurrence européenne chaque saison plus dure, nous nous devons d'oeuvrer pour un changement profond de gouvernance", est-il encore écrit dans ce document signé, notamment, par Nasser Al-Khelaïfi (Paris SG), Jean-Michel Aulas (Lyon), Dmitriy Rybolovlev (Monaco) ou Vincent Labrune (Marseille).



.
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains ont l'air brillants avant d'avoir l'air cons.

À notre époque, sembler con est la meilleure façon de passer inaperçu.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 12 Aoû - 11:08:26 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
chtiga42
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2012
Messages: 7 106
Localisation: Ronchin
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 9

MessagePosté le: Jeu 13 Aoû - 17:37:54 (2015)    Sujet du message: Ligue 1 : 18 clubs démissionnent de l'UCPF Répondre en citant

Caprice de riches.
_________________
Revenir en haut
Lydéric
Joueur de Ligue 1
Joueur de Ligue 1

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2013
Messages: 1 201
Localisation: Bresse Jurasienne
Masculin
Point(s): 0

MessagePosté le: Ven 14 Aoû - 14:08:59 (2015)    Sujet du message: Ligue 1 : 18 clubs démissionnent de l'UCPF Répondre en citant

La Ligue 1 veut couper les ponts

Mardi, dix-huit clubs de Ligue 1 (puis dix-neuf mercredi) annonçaient leur démission collective de l'Union des clubs professionnels français (UCPF), afin de "former ensemble un nouveau syndicat professionnel". Un geste qui s'inscrit dans le contentieux opposant la Ligue du football professionnel (LFP) à la Fédération française du football (FFF), cette dernière ayant refusé de valider le passage à deux relégations-promotions entre la Ligue 1 et la Ligue 2 (contre trois actuellement) dès cette saison. La LFP s'est pourvue en référé devant le Conseil d'État, qui examinait le dossier ce jeudi – lire "Ligue 1 : pourquoi cette fronde des clubs de l’élite ?".

Cette sécession d'une partie des clubs professionnels est la dernière manifestation d'une série entamée il y plus de quinze ans. Aujourd'hui, elle marque cependant la volonté d'une rupture plus prononcée que jamais entre L1 et L2, parfaitement en phase avec le projet de verrouillage de la première (lire "La LFP met la clé sur la porte").



JADIS, JEAN-CLAUDE DARMON…
En 1999, sous l'égide de Jean-Claude Darmon (alors immanquablement qualifié de "grand-argentier-du-football-français"), six clubs – OM, PSG, Bordeaux, Monaco, Lens et Lyon – fondent le Club Europe. Si celui-ci apparaît comme l'outil de communication des partisans d'un football plus "élitiste", il va fonctionner concrètement comme un groupe d'intérêts. On apprendra en 2003, par un audit mené au sein du groupe Vivendi après la chute de Jean-Marie Messier, qu'un accord avait été conclu pour que Canal+ distribue aux membres du Club Europe un total de 250 millions d'euros entre 1999 et 2005. Ceci au titre d'un droit de préemption sur de futurs droits de diffusion — au cas où la Ligue aurait permis leur vente individuelle par les clubs. Dans les faits, cela a permis de mettre en œuvre sans attendre un système de répartition plus inégalitaire des droits TV.

A l'automne 2007 a lieu la création de l'association Football avenir promotion (FAP), réunissant les anciens du Club Europe augmentés de Toulouse et Lille, avec encore une fois (la dernière) Jean-Claude Darmon à la manœuvre. Son slogan est "La défense des clubs premiers" (sic) et ses revendications portent en particulier sur une réforme de la gouvernance de la Ligue, pas suffisamment aux mains des dirigeants de clubs, une répartition des droits télé plus à l'avantage de ceux qui "représentent la notoriété et les investissements les plus significatifs". Ce lobby a déjà l'intention de réduire les ressources de la Ligue 2 et de limiter le nombre de promotions-relégations. Il est présidé par Jean-Michel Aulas, mais il sera éphémère : Pape Diouf, qui dirige alors l'OM, dément la participation de son club, tandis que Gervais Martel, président de l'UCPF, essuie de vives critiques.

DÉCLARATION D'"INDÉPENDANCE"
Les épisodes du Club Europe et de FAP sont simplement deux moments durant lesquels se sont publiquement exprimées une vision et des revendications qui sont restées constantes dans l'esprit de leurs promoteurs depuis près de vingt ans. Le conflit actuel en est une expression supplémentaire. La différence la plus notable est que le dossier du passage à deux relégations est en mesure de fédérer plus de clubs.

Le fait que la totalité de ceux de la Ligue 1 actuelle (moins l'En Avant de Guingamp) soutienne l'initiative, donne le sentiment qu'ils ne se considèrent plus comme susceptibles de revenir des clubs de L2. Il confirme que la réduction du nombre de montées et descentes est bien conçue comme un moyen de figer la composition de l'élite. On voit toutefois mal comment pourraient coexister et évoluer les deux syndicats de clubs s'ils doivent continuer à distinguer les membres des deux divisions, saison après saison.

Quoi qu'il en soit à l'avenir, la ligne de front passe aujourd'hui entre la L1 et la L2, à laquelle il s'agit justement d'imposer à la fois une baisse des ressources et une moindre accessibilité à la première division. "Notre volonté, c’est d’être indépendants de la Ligue 2, que chacun ait son propre mode de fonctionnement", a déclaré Bernard Caïazzo, coprésident de l'AS Saint-Étienne [1], comme s'il n'y avait déjà plus de lien, via les montées et descentes, entre les deux divisions.

PRISE DE POUVOIR
Depuis le début du siècle, quelques "grands" clubs, dont la composition a peu varié (on peut ironiser sur la présence constante dans ces organes du RC Lens, une nouvelle fois relégué en L2), auront conclu des alliances plus ou moins larges pour parvenir à leurs fins. Le programme, lui, ne change pas. Il s'agit toujours de faire aller d'avantage de ressources à ceux qui en ont déjà le plus, de limiter l'aléa sportif afin de "protéger les investisseurs". Mais aussi d'éliminer toute forme de gestion collégiale du football professionnel.

Cette prise de pouvoir a franchi de nombreuses étapes au cours des dernières années, avec notamment la mise au pas de la FFF et un poids décisionnel constamment accru au sein des instances de la LFP (voir, en octobre 2008, la crise avec les joueurs qui avait conduit à une menace de grève). Cela ne suffit manifestement pas.

Les propos du président de l'OL Jean-Michel Aulas n'ont d'autre effet que de noyer le poisson quand il affirme que "l'idée est de créer une structure plus indépendante de la FFF que ne l’est l’UCPF", comme si la fédération tenait les rênes du syndicat des clubs pro… [2] Mais les dissidents, dans leur propre communication, invoquent "la liberté de mettre en place les réformes indispensables au développement de notre football". On saisit bien le sens de "notre football" : ce discours est incapable de dire explicitement ses fins, mais il les trahit toujours.

UN FOOTBALL FRANÇAIS INCAPABLE DE SE GOUVERNER
Le projet d'une ligue vraiment fermée n'a, à peu près, aucune chance de se réaliser, mais poursuivre cet objectif permet d'arriver aux résultats souhaités : à terme, c'est un championnat "sécurisé" qui peut être instauré et placé sous la domination sportive, économique et politique d'une poignée d'équipes, en échange de gages de stabilité pour les autres.

Le drame, celui du football français, est que ceux qui veulent prendre le pouvoir en son sein sont précisément ceux qui font la démonstration – au travers de la déplorable gouvernance de la Ligue du football professionnel "dirigée" par Frédéric Thiriez dont la crise s'étend aujourd'hui à l'UCPF – de leur incapacité à gouverner, c'est-à-dire à concevoir un intérêt général au-delà de leurs intérêts particuliers.

Depuis des lustres, ces dirigeants ne cessent de chercher en dehors d'eux-mêmes les causes de leurs maux supposés ou de l'insuffisance de leurs résultats : la fiscalité, l'organisation légale du football professionnel, la Fédération, le poids des "petits" clubs, la répartition des ressources, la qualité des stades, etc. [3] Cela leur épargne de prendre la mesure de leurs turpitudes – pourtant considérables – et de leurs responsabilités – pourtant directes – dans la médiocre gestion sportive de leurs équipes.

[1] Ajoutant le mépris à la mauvaise fois, Bernard Caïazzo a aussi déclaré : "Trouvez-vous logique qu’aujourd’hui le PSG soit à la même table que Laval ou Ajaccio ? Est-ce que Carrefour ou Auchan se retrouvent à la même table que quelqu’un qui ne possède qu’une petite boutique ?"
[2] Le communiqué de l'UCPF rappelle qu'elle est déjà placée sous la domination des formations de Ligue 1, et que son assemblée générale s'est dite favorable aux deux relégations.
[3] Peu leur importe qu'ils aient eu gain de cause sur une majorité de ces dossiers, ou qu'ils aient obtenu le financement public de la rénovation du parc des stades.
_________________
Pas de ci pas de ça
Sans souci et sans cela
Pas de fumée sans feu
Pas d'idée sans être deux
Revenir en haut
chtiga42
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2012
Messages: 7 106
Localisation: Ronchin
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 9

MessagePosté le: Ven 14 Aoû - 16:08:36 (2015)    Sujet du message: Ligue 1 : 18 clubs démissionnent de l'UCPF Répondre en citant

C'est le même principe que la mafia.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:07:52 (2017)    Sujet du message: Ligue 1 : 18 clubs démissionnent de l'UCPF

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | FAQ | Groupes

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com