Vive le Losc   Index du Forum

Portail - Seydoux Magazine - Interviews - Facebook - Le tchat - Rechercher - Membres - Profil - Se connecter pour vérifier ses messages privés - Connexion - S’enregistrer

Une analyse sur les transferts à l'étranger. Regardez qui a signé l'article.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Transferts
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ignacio
Conseiller des Dogues

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2012
Messages: 14 308
Localisation: région Armentières
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 3

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 08:39:07 (2016)    Sujet du message: Une analyse sur les transferts à l'étranger. Regardez qui a signé l'article. Répondre en citant

Sur l'Equipe.

Mercato  : attention aux jugements hâtifs
Le 27/01/2016 à 11:12:00 | Mis à jour le 28/01/2016 à 11:14:11
A quelques jours de la fin du mercato hivernal, Michaël Ciani (31 ans), actuellement peu utilisé à l'Espanyol Barcelone, publie une tribune pour rectifier les analyses simplistes, selon lui, dont peuvent faire l'objet les joueurs qui connaissent un parcours compliqué à l'étranger.




Michaël Ciani aux prises avec Lionel Messi lors du derby de Barcelone. (Presse Sport)


Par Michaël CIANI

« Pour beaucoup de footballeurs, le mercato constitue l’occasion de franchir un cap, se relancer ou aller chercher un contrat juteux à l’étranger. Quand ces transferts ne se passent pas comme espéré, nombre d’observateurs invoquent un problème de talent ou de niveau. Et si les choses étaient plus complexes que cela  ? Avant son recrutement, chaque joueur a été observé une bonne dizaine de fois et son arrivée a été validée de façon collégiale. Alors, comment expliquer certaines désillusions  ?
 
Quitter ses frontières s’avère parfois payant. Il suffit de considérer les cas d’Anthony Martial ou de Kingsley Coman. Dans un registre moins médiatique, je pense aussi à Thomas Heurtaux, passé de Caen à la défense centrale de l’Udinese ou Kalidou Koulibaly, pilier de celle de Naples après avoir transité par Metz et Genk. Mais tous les départs ne connaissent pas la même issue  : pour ne citer que les plus récents, les départs de Franck Tabanou (depuis revenu à Saint-Etienne) à Swansea ou Florian Thauvin n’ont pas été une réussite. Il y a quelques années, les expériences de Rio Mavuba à Villareal ou Yoann Gourcuff au Milan AC, pour ne citer qu’eux, avaient déjà mis en évidence le risque de mésaventure.
 
Partir à l’étranger, c’est découvrir un autre rapport au football, une autre conception des entraînements. A mon arrivée à la Lazio en 2012, j’ai découvert les entraînements à l’italienne. Ce n’était plus « Jamais sans ma fille  » mais plutôt « Jamais sans mes haltères  » ! Après ma première séance, j’ai eu l’impression de m’entraîner pour la première fois - et Dieu sait pourtant qu’à Bordeaux ou à Lorient, les séances étaient rigoureuses. Honnêtement, un footballeur légèrement fainéant n’aurait pas duré longtemps.
 
Et puis comment faire abstraction de de la pression dans le stade et les rues de Rome un soir de derby  ? C’est autre chose que celle ressentie place des Lices à Rennes ou près du Port d’Hercule à Monaco  ! Cette tension m’a galvanisé… Plus jeune, elle m’aurait peut-être inhibé. J’imagine donc d’autant mieux l’effet qu’elle pourrait avoir sur un jeune joueur.
 
A l’étranger, le footballeur arrive dans un pays dans lequel sa réputation est souvent marginale et à construire. Il doit parfois travailler plus que les autres pour s’imposer et se faire un nom. Sans un véritable goût de l’effort, son statut  au sein du club risque d’être vite remis en question.
 
Enfin, il se peut que l’entraîneur de l’équipe n’ait pas eu le dernier mot en matière de transfert. Le joueur débarque alors au sein d’un effectif où il n’est pas désiré. Tout deviendra prétexte à sa mise à l’écart. J’ai moi-même été placé dans une situation délicate au Sporting Lisbonne (où il était arrivé l’été dernier avant d’être transféré en août à l’Espanyol) pour des raisons plus qu’opaques et manifestement éloignées de toutes considérations sportives : je n’ai disputé que vingt minutes lors d’un match de présaison. Oui, vingt minutes. Je pense que tout est dit…
 
Voilà pourquoi je persiste à dire que résumer une mésaventure d’un joueur à un manque de talent est souvent une faute d’analyse. Face à ces situations, ses deux meilleurs alliés seront son professionnalisme et son mental d’acier. Fort de sa volonté et de son sérieux, le joueur sera en mesure de se relancer ailleurs. Y compris dans son pays d’origine. Les exemples d’Hatem Ben Arfa à Nice et Lassana à Marseille suffisent à le prouver. »

.
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains ont l'air brillants avant d'avoir l'air cons.

À notre époque, sembler con est la meilleure façon de passer inaperçu.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 30 Jan - 08:39:07 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive le Losc Index du Forum -> Grimonprez Jooris -> Transferts Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | FAQ | Groupes

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com