Vive le Losc   Forum Index

Portail - Seydoux Magazine - Interviews - Facebook - Le tchat - Search - Memberlist - Profile - Log in to check your private messages - Log in - Register

Les petites histoires et records des Coupes du Monde

 
Post new topic   Reply to topic    Vive le Losc Forum Index -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Ignacio
Admin
Admin

Offline

Joined: 16 Feb 2012
Posts: 14,874
Localisation: région Armentières
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 3

PostPosted: Sat 28 Jun - 11:14:21 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

Sur l'Equipe.fr

Sur un match, ils ont flambé
Derrière le Russe Oleg Salenko, le seul homme à avoir inscrit un quintuplé en Coupe du monde, ils sont peu à avoir flambé sur un seul match dans la plus prestigieuse des compétitions. Revue exhaustive de ces buteurs en or.



Olge Salenko, ici aux côtés du Camerounais Roger Milla, lors de son coup d'éclat au Mondial 1994. (L'Equipe)




5 buts - Salenko, star d'un jour (1994)
Le nom ne dit presque rien à personne. Rien d’une légende, Oleg Salenko, très modeste attaquant russe, neuf matches internationaux au compteur, et pourtant : il détient le record du plus grand nombre de buts marqués sur un seul match de Coupe du monde. Le 28 juin 1994, le petit joueur du CD Logrones (Liga) inscrit en effet cinq buts contre le Cameroun (6-1), en match de poule, et entre ainsi dans la grande histoire de la compétition.


4 buts - Wilimovski, l'étoile polonaise (1938)

La star du Ruch Chorzom, dans le championnat de Pologne, a inscrit le premier quadruplé de la compétition contre le Brésil (6-5) lors de l’édition française de 1938. Mais le petit format de Kattowicz passera sous pavillon allemand après l’annexion de son pays en 1939.


4 buts - Kocsis, la "tête d'or" (1954)

L’un des grands noms du football hongrois des années 50, avec Puskas et Bozsik. Lors de la Coupe du monde 1954, l’attaquant du Kijpest Honved inscrit un quadruplé contre l’Allemagne (8-3), pour un total de 11 buts – dont 7 de la tête - sur toute la compétition, dont il finit meilleur buteur. Le seul match où il ne marque pas, c’est en finale, et la Hongrie échoue.


4 buts - Ademir, le buteur-né (1950)
Lorsque le Brésil aborde son premier Mondial à domicile, le 24 juin 1950, au Maracana, tous les espoirs reposent sur l’attaquant du Vasco Ademir "Queixada" ("le Menton", son surnom). Doté d’un redoutable tir du droit et d’un bon jeu de tête, il inscrit un quadruplé face à la Suède (7-1), et devient, après Leonidas da Silva en 1938, le deuxième joueur brésilien à terminer meilleur buteur du tournoi … Que le Brésil ne remporte finalement pas.

4 buts - Just Fontaine, le recordman (1958)

Recordman du nombre de buts inscrits lors d’une coupe du monde (13), lors de l’édition 1958 en Suède, l’attaquant français du Stade de Reims s’offre un quadruplé contre la RFA (6-3) qui conduit les Bleus à la troisième place de la compétition.

4 buts - Eusebio, la Panthère noire (1966)

Menée 3-0 par une surprenante équipe de Corée du Nord en quarts de finale de la Coupe du monde 1966, le Portugal doit son salut à Eusebio, qui inscrit un doublé avant la pause, puis récidive au retour des vestiaires. Au final, la Seleçcao se qualifie (5-3) pour les demies, où elle échoue face à l’Angleterre de Bobby Charlton (2-1).

4 buts - Butragueno, le Vautour (1986)

Le gendre idéal du football espagnol explose en sélection lors de la Coupe du monde 1986, au Mexique. Là, l’attaquant du Real Madrid contribue à renverser la vapeur contre le Danemark, alors l’un des favoris de la compétition, en inscrivant un quadruplé en huitième de finale (5-1). «Marquer quatre buts dans une Coupe du Monde, c'est quelque chose que je n'avais même pas imaginé, a-t-il expliqué au site de la FIFA. La réalité a été plus généreuse que mes rêves de gosse. Je me suis senti un peu bizarre. Je n'étais pas un grand buteur, mais ce jour-là, j'ai eu de la réussite et j'ai obtenu deux penalties. J'ai pris cela comme ça venait.»

A.-S.B
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains ont l'air brillant avant d'avoir l'air cons.

À notre époque, sembler con est la meilleure façon de passer inaperçu.
Back to top
Publicité






PostPosted: Sat 28 Jun - 11:14:21 (2014)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Ignacio
Admin
Admin

Offline

Joined: 16 Feb 2012
Posts: 14,874
Localisation: région Armentières
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 3

PostPosted: Sat 28 Jun - 11:17:48 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

Sur l'Equipe.fr
Un psychologue avait prédit que Suarez mordrait à nouveau un adversaire
Luis Suarez est un récidiviste. Il avait déjà mordu, a mordu à nouveau et remordra sans doute.



Luis Suarez a l'habitude montrer les dents. (Reuters)


Luis Suarez a recommencé. Lors du dernier match de groupe, face à l’Italie, l’Uruguayen a mordu l’épaule de Giorgio Chiellini. Il n’a pas été expulsé et l’Uruguay s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, aux dépens de l’Italie (1-0). Le problème, c'est que ce n'est pas la première fois que Luis Suarez mord un autre footballeur. En 2013, au cours d’un match de Premier League entre Liverpool et Chelsea, Suarez s’en était pris au bras du défenseur serbe, Branislav Ivanovic. En 2010, alors qu’il jouait à l’Ajax Amsterdam, il avait mordu le cou du milieu du PSV Eindhoven, Otman Bakkal.


Corde sensible


Comme le précise le quotidien sportif espagnol As, qui a retrouvé un article de la BBC mardi soir, un psychologue du sport, le Dr. Thomas Fawcett, de l’université de Salford avait prévu que l’Uruguayen récidiverait: «Le Dr. Fawcett pense que cette thérapie n’aura probablement aucun effet. “C’est en lui”, explique-t-il. “Je dirais que dans les cinq prochaines années, si quelque chose venait toucher la corde sensible de Suarez dans une situation similaire, il réagirait de la même façon.”» Il ne lui aura fallu qu’un peu plus d’un an.
«Les morsures, c'est un truc de niche»
Le geste est d’autant plus surprenant qu’il n’est pas commun, en dehors de crimes violents ou sexuels, précise, à la BBC, le professeur David Wilson, un criminologue de l’université de Birmingham. On voit par exemple cela assez rarement dans des disputes dans des pubs. «Il faut se rapprocher de votre victime pour la mordre et si vous êtes trop près, elle peut vous faire mal –donc vous préférerez probablement un coup de poing. Les morsures, c’est un truc de niche.»

En 2013, quelques jours après la morsure de Suarez sur Ivanovic, la BBC avait donc demandé au psychologue du sport Thomas Fawcett ce qu’il en pensait: «Ce n’est pas quelque chose de préparé –c’est une réponse émotionnelle très spontanée. Il fait cela sans réfléchir. […] Les morsures sont souvent un signe de frustration. Une réponse négative quand la tension atteint un point de non-retour.»
Thérapie
En 2013, Suarez avait souffert pendant très longtemps face au défenseur de Chelsea, ce qui avait engendré beaucoup de frustration chez lui. La BBC précise qu’à l’époque, on lui avait proposé une thérapie pour gérer sa colère. Apparemment, cela n’a pas vraiment fonctionné. Ce mardi 24 juin, face à l’Italie, l’attaquant uruguayen n’arrivait pas non plus à trouver la faille au sein de la défense


.
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains ont l'air brillant avant d'avoir l'air cons.

À notre époque, sembler con est la meilleure façon de passer inaperçu.
Back to top
Thierry Roland
Conseiller des Dogues

Offline

Joined: 01 Sep 2011
Posts: 17,000
Localisation: Olympe
Masculin
Point(s): -666

PostPosted: Sat 28 Jun - 11:18:48 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

Voilà un sujet qui ne manque pas de mordant. 
Back to top
Ignacio
Admin
Admin

Offline

Joined: 16 Feb 2012
Posts: 14,874
Localisation: région Armentières
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 3

PostPosted: Sat 28 Jun - 11:21:30 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote




Sur l'Equipe.fr

Luis Suarez n'a pas écopé de la plus longue suspension de l'histoire du Mondial









Giorgio Chiellini après avoir été mordu par Luis Suarez pendant Italie-Uruguay, le 24 juin 2014 à Natal, Brésil. REUTERS/Yves Herman

Un coup de coude, ça peut valoir jusqu'à huit matches. Une morsure, neuf. Mais un crachat sur l'arbitre, c'est un an.
Luis Suarez a été suspendu 9 matchs et 4 mois de toute activité liée au football pour avoir mordu Giorgio Chiellini lors du match entre l'Italie et l'Uruguay, a annoncé la Fifa, ce jeudi 26 juin, dans un communiqué. Il ne s'agit pourtant pas de la plus lourde suspension jamais prononcée lors d'une Coupe du monde, mais seulement de la deuxième.
Voici le classement des suspensions les plus longues (les suspensions pour dopage, comme celle de Diego Maradona en 1994, ne sont ici pas prises en compte).
1.Samir Shaker – 1 anIrak, 1986
L'Irakien est, de loin, le recordman de la suspension la plus longue en Coupe du monde, même si son cas est peu connu et peu documenté. S'il n'a écopé que d'un carton jaune sur le moment, il a ensuite été puni d'un an pour avoir craché sur l'arbitre du match entre son pays et la Belgique au Mondial 1986. Il ne rejouera jamais pour sa sélection nationale après.
2.Luis Suarez - 9 matchs et 4 moisUruguay, 2014
L'attaquant uruguayen est un récidiviste: il avait écopé de sept matchs de suspension en 2010 alors qu'il jouait pour l'Ajax Amsterdam pour avoir mordu le milieu de terrain du PSV Eindhoven Otman Bakkal, et de huit matchs quand il avait recommencé dans le championnat anglais avec Liverpool, prenant pour cible le défenseur de Chelsea Branislav Ivanovic.

3.Mauro Tassotti – 8 matchsItalie, 1994
L'image de l'Espagnol Luis Enrique avec le nez en sang, victime d'un coup de coude de l'Italien Mauro Tassotti dans la surface de réparation lors du quart de finale entre les deux équipes, est restée célèbre. L'arbitre n'ayant rien vu, Tassotti resta sur le terrain et ne concéda pas de pénalty, mais écopa à postériori de 8 matchs de suspension. Comme Shaker, il ne rejouera plus pour sa sélection.
4.Leonardo – 4 matchsBrésil, 1994
L'ancien joueur du PSG était un joueur élégant, mais ce jour-là il a perdu ses nerfs face à l'Américain Tab Ramos, là aussi pour un coup de coude qui enverra son adversaire à l'hôpital pour une fracture de l'os malaire. Cette fois-ci, l'arbitre avait tout vu et expulsa Leonardo, qui écopera de quatre matchs et ratera tous les matchs à élimination directe du sacre brésilien.
5.Zinédine Zidane – 3 matchsFrance, 2006
Le coup de boule le plus célèbre de l'histoire du sport a valu à son auteur une suspension de 3 matchs, qu'il n'a jamais purgée étant donné qu'il s'agissait de son dernier match international, trois jours de travaux d'intérêt général et une amende de 4.800 euros. La victime, Marco Materazzi, a lui été condamné à deux matchs de suspension et une amende de 3.200 euros.
6.Ian Vladoiu – 3 matchsRoumanie, 1994
La Coupe du monde 1994 a décidément été un tournoi violent. Et le Roumain Vladoiu a décidé de ne pas perdre de temps pour se mettre au diapason: il a reçu un carton rouge trois minutes après son entrée en jeu pour ce tacle pour le moins engagé. Résultat: trois matchs de suspension.
7.Alex Song – 3 matchsCameroun, 2014
Le milieu de terrain camerounais Alex Song a été sanctionné d'une suspension de trois matchs après son exclusion face à la Croatie pour un coup de coude (encore) dans le dos de Mario Mandzukic. Selon l'article 48.1 d du Code disciplinaire de la Fifa, «toute personne expulsée directement est suspendue pour au moins deux matchs en cas de voies de fait (coup de coude, coup de poing, coup de pied, etc.) sur un adversaire ou toute personne autre qu’un officiel de match.»
Grégoire Fleurot


.

_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains ont l'air brillant avant d'avoir l'air cons.

À notre époque, sembler con est la meilleure façon de passer inaperçu.
Back to top
Ignacio
Admin
Admin

Offline

Joined: 16 Feb 2012
Posts: 14,874
Localisation: région Armentières
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 3

PostPosted: Sun 29 Jun - 22:18:19 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

Coups de têtes.
Attaquant vedette de la Serbie, Rajko Mitic se blesse à la tête juste avant un match clé contre le Brésil dans le groupe 1 au Mondial-1950, en heurtant une poutrelle dans les coursives d'un Maracana inachevé. Le temps de recouvrer ses esprits, il entre sur le terrain après 5 minutes seulement. Mais Ademir a déjà marqué pour la Seleçao, qui l'emportera finalement 2 à 0. Autre coup de tête, autrement plus célèbre cette fois, celui de Zinédine Zidane contre le torse de Marco Matterazzi et qui lui valut d'être exclu en prolongation de la finale du Mondial-2006, remportée par l'Italie aux tirs au but contre la France. L'image du N.10 français passant devant le trophée, tête basse, sans un regard, en quittant la pelouse du stade olympique de Berlin est restée dans les mémoires.



The sound of silence.
Rio de Janeiro. le dernier match du Mondial-1950 n'est pas une finale mais doit tout de même désigner le vainqueur, le Brésil, archi-favori, ou l'Uruguay. Un nul suffit à la Seleçao pour être sacrée et le score est de 1-1 à la 79e minute. L'instant choisi par Alcides Ghiggia, bien aidé par une erreur du portier Auriverde, pour marquer le 2e but et offrir à la Celeste sa 2e coupe du monde après 1930. "Seules trois personnes en ont fait taire 200.000 au Maracaña sur un seul geste: Frank Sinatra, le Pape Jean-Paul II et moi", dira plus tard Ghiggia. Quant à sa "victime", Barbosa, il déclara en 1993 payer "depuis 43 ans pour un crime que je n'ai pas commis alors que de véritables assassins ne font que 30 ans de prison". Décédé en 2000, il ne fut jamais pardonné.



Des Bleus en vert et blanc
Déjà éliminée de la phase de groupes du Mondial-1978, la France joue son dernier match contre la Hongrie. Avant la rencontre, l'arbitre s'aperçoit que les deux équipes ont des maillots de même couleur. La délégation française avait mal compris la recommandation de la Fifa imposant aux Bleus de jouer en blanc. C'est finalement avec les maillots prêtés par l'équipe junior du CA Kimberley (club local de Mar Del Plata), rayés verts et blancs, trop serrés, avec des numéros ne correspondant pas à ceux de leurs shorts, que les Français parvinrent à s'imposer (3-1).



Le miracle de Fritz Walter
Dix ans avant d'être le héros d'une Allemagne renaissante après sa victoire en finale du Mondial-1954 aux dépens de la Hongrie de Puskas (3-2), Walter était un prisonnier de guerre. Sur la route menant à un goulag, son convoi s'arrête dans une zone contrôlée par l'armée hongroise. Walter, qui assiste à un match entre geôliers en attendant de repartir, renvoie vers le terrain le ballon sorti, d'une demi-volée puissante. Impressionnés, les Hongrois l'invitent à jouer. C'est alors que l'un d'entre-eux le reconnaît, lui qui en 1942 avait inscrit un doublé contre les Magyars (5-3). Le soldat décide alors de le sauver et le fait passer pour un Autrichien enrôlé de force dans la Wehrmacht. Walter est finalement relâché par les Soviétiques. A la fin de sa carrière, il aidera à son tour la Hongrie, avec un soutien financier et par le biais de matches de charité après l'invasion soviétique de 1956.



"Jaune attention, rouge stop"
Lors du quart de finale tendu entre l'Angleterre et l'Argentine en 1966, l'arbitre M. Kreitlein veut renvoyer aux vestiaires le capitaine argentin Rattin après une énième faute, mais le joueur refuse de quitter le terrain. Ce sont finalement les forces de l'ordre qui se chargent d'expulser l'Argentin. La Fifa réalise alors qu'il faut trouver un moyen de matérialiser l'ordre d'exclusion. Ken Aston, un arbitre anglais qui assistait à ce match, trouva la solution en voiture, inspiré par le passage à l'orange puis au rouge du feu tricolore. L'orange deviendrait jaune pour dire "attention", le rouge pour dire "stop". Les deux cartons firent leur apparition au Mondial-1970.



Et trois jaunes qui font un rouge
Mondial-2006, match de poule Croatie-Australie (2-2). Né à Canberra, le Croate Josip Simunic commet trop de fautes. Une première lui vaut un carton jaune à la 61e minute. A la 90e minute, il est à nouveau sanctionné d'un autre carton jaune, qui doit faire rouge. Sauf que l'arbitre anglais Graham Poll oublie de l'exclure. Mais Simunic trouve encore le moyen de faire une nouvelle faute quatre minutes plus tard dans le temps additionnel, se voyant cette fois bien exclu pour un... 3e avertissement.



"Goal, goal, goal, goal..."
"La vie ne s'arrête pas là. Nous devons aller de l'avant. Peu importe la difficulté. Nous n'avons que deux options: soit laisser la colère nous paralyser et alors la violence continuera, soit on la surmonte et faisons de notre mieux pour aider autrui. Ca a été l'expérience la plus incroyable de ma vie. Nous nous reverrons bientôt car la vie ne s'arrête pas là." Ces mots ont été écrits par Andres Escobar dans une tribune que lui accorda le journal colombien El Tiempo, au lendemain de son but contre son camp face aux Etats-Unis (1-2) qui a éliminé son pays du Mondial, le 22 juin 1994. Dix jours plus tard, Escobar était abattu à Medellin de 12 balles dans la peau, ses assassins, criant "goal", à chaque balle tirée.



La main, le pied et le crépuscule de Dieu
En deux éclairs, ce 22 juin 1986 à Mexico, Diego Maradona a incarné à lui seul l'oeuvre de Dieu et la part du diable dans le foot. Cela a d'ailleurs commencé avec ce geste (du) malin, cette main qui trompa Shilton, l'arbitre mais pas le monde, et qu'il attribuera lui même plus tard à Dieu. Puis dans la foulée il y eut ce but, le plus plus beau, le plus fou de toutes les Coupes du monde, ce chef d'oeuvre touché par la grâce, comme une rédemption - ou pas - de sa vilaine tricherie quatre minutes auparavant, et qui finit de terrasser l'Angleterre honnie en quart de finale (2-1). Diego deviendra définitivement dieu aux yeux des Argentins après la victoire en finale contre l'Allemagne (3-2). Huit ans plus tard, le 25 juin 1994, Diego se brûle définitivement les ailes avec une tricherie de trop: il est exclu du Mondial-1994 pour dopage à l'éphédrine.


1970
17 juin
Le match du siècle oppose l'Allemagne à l'Italie
Mené 1-0 par l’Italie jusqu’à la dernière minute, l’Allemagne parvient à égaliser lors des arrêts de jeux et emmène la demi-finale vers la prolongation la plus dantesque de l’histoire du foot. Alors qu’il s’est déboîté l’épaule à la 67ème, Franz Beckenbauer revient sur le terrain sans pour autant faire de la figuration. Pendant les deux mi-temps de prolongation, les équipes vont multiplier les attaques et inscrire cinq buts. Finalement, alors que l’Italie rejoint le Brésil en finale, c’est Beckenbauer qui entre dans l’histoire et devient le Kaiser.
Voir aussi : Dossier histoire de la Coupe du monde - Histoire de la RFA - Squadra Azzura - Beckenbauer - Histoire du Football



1970
21 juin
Le Brésil garde le trophée Jules Rimet
Doté d’une équipe exceptionnelle, le Brésil rafle pour la troisième fois le titre de champion du monde en battant l’Italie 4 à 1. Le trophée Jules Rimet, du nom du fondateur de la Coupe du monde, leur est alors définitivement remis. Il restera à jamais au Brésil et sera remplacé par la Fifa World Cup qui va encore d’équipe en équipe.

1934
7 juin
L'Italie, à domicile
Comme l’Uruguay quatre ans plus tôt, l’Italie s’impose à domicile face à la Tchécoslovaquie lors de la finale de la Coupe du monde. Mais l’Italie de Mussolini a su prendre ses dispositions et jouer du sort. Elle décrète en effet la double nationalité pour des joueurs Argentins afin de les récupérer. Quant au champion du monde en titre, l’Uruguay, il a refusé de participer dans un pays qui n’a pas daigné se déplacer quatre ans plus tôt. Les quarts de final, n’opposant que des clubs européens pour la première et dernière fois, ont aussi été le théâtre d’une opposition violente entre l’Italie et l'Espagne. Les conflits entre les Républicains et les fascistes dans la guerre civile espagnole ont plané sur une rencontre qui dut être rejouée après un nul.
Voir aussi : Dossier histoire de la Coupe du monde - Squadra Azzura - Histoire du Football



1938
5 juin
Léônidas, avec ou sans chaussures ?
Les huitièmes de finale opposant la Pologne au Brésil à Strasbourg se vivent sous le déluge. Déluge de buts avant tout où Léônidas et Willimowski se livrent à un véritable duel de buteurs. Au cours des prolongations, le Brésilien devient le premier joueur à inscrire 4 buts en un match de Coupe du monde. Mais il est rejoint dix minutes plus tard par le Polonais. La pluie est aussi de la partie et Léônidas se sent plus léger pieds nus. C’est d'ailleurs ainsi que la « Perle Noire » espère finir la deuxième mi-temps. Toutefois, ceci n’est guère du goût de l’arbitre qui lui intime l’ordre de se rechausser sans attendre. Vainqueur 6-5, le Brésil sera battu en demi-finale par la "Squadra Azzurra" qui double alors son titre.

_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains ont l'air brillant avant d'avoir l'air cons.

À notre époque, sembler con est la meilleure façon de passer inaperçu.
Back to top
Ignacio
Admin
Admin

Offline

Joined: 16 Feb 2012
Posts: 14,874
Localisation: région Armentières
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 3

PostPosted: Sun 29 Jun - 22:18:41 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

1978
21 juin
Le Pérou laisse passer l'Argentine
Dernier match du groupe 2 dans le second tour de la Coupe du monde, le face à face Argentine – Pérou déterminera le finaliste. En effet, si l’Argentine, pays organisateur, gagne le match avec plus de quatre buts d’avance, elle devancera le Brésil. Menant 2-0 à la mi-temps, l’Argentine est sur la bonne voie. Elle concrétise alors ces espoirs en inscrivant quatre buts de plus en 22 minutes, tandis que le gardien péruvien en encaisse autant que sur l’ensemble du tournoi... Face au climat pesant instauré par le dictateur totalitaire Videla, le scepticisme gagne les observateurs. Peu importe, l’Argentine accède à la finale et battra les Pays-Bas pour obtenir son premier titre de champion du monde.
Voir aussi : Dossier histoire de la Coupe du monde - Videla - Histoire du Football



1982
21 juin
Le Cheik et l'arbitre
A Valladolid, le match de poule qui oppose le Koweit à la France ne semble pas avoir beaucoup d’enjeux. Pourtant, le Cheik Fahid Al-Ahmad Al-Sabah n’est pas décidé à voir son équipe perdre. Si celle-ci a tenu tête à la Tchécoslovaquie, il n’y a pas de raison qu’elle se fasse dominer outrageusement par la France. C’est pourtant ce qui se produit malgré toute la bonne volonté de l’arbitre qui refuse coup sur coup trois buts français. Mais le quatrième est incontestable. C’en est trop pour le Cheik qui descend sur la pelouse et demande à ce que le but soit retiré… L’arbitre, sous les regards médusés des joueurs et des spectateurs, s’exécute face à la fougue et la générosité du frère de l’Emir. Au final, le Koweit n’en sera pas moins crucifié par les Bleus (4-1) et l’arbitre… par la FIFA.

_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certains ont l'air brillant avant d'avoir l'air cons.

À notre époque, sembler con est la meilleure façon de passer inaperçu.
Back to top
chtiga42
Admin
Admin

Offline

Joined: 02 Jun 2012
Posts: 7,766
Localisation: Ronchin
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 9

PostPosted: Sun 29 Jun - 22:52:14 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

Ah oui, je me souviens de cette histoire avec le Cheik qui descend sur le terrain pour interpeller l'arbître... on était tous médusés sur nos canapés....quelle poilade quand j'y repense maintenant !!!
Back to top
Thierry Roland
Conseiller des Dogues

Offline

Joined: 01 Sep 2011
Posts: 17,000
Localisation: Olympe
Masculin
Point(s): -666

PostPosted: Thu 3 Jul - 02:53:33 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

"Jaune attention, rouge stop"
Lors du quart de finale tendu entre l'Angleterre et l'Argentine en 1966, l'arbitre M. Kreitlein veut renvoyer aux vestiaires le capitaine argentin Rattin après une énième faute, mais le joueur refuse de quitter le terrain. Ce sont finalement les forces de l'ordre qui se chargent d'expulser l'Argentin. La Fifa réalise alors qu'il faut trouver un moyen de matérialiser l'ordre d'exclusion. Ken Aston, un arbitre anglais qui assistait à ce match, trouva la solution en voiture, inspiré par le passage à l'orange puis au rouge du feu tricolore. L'orange deviendrait jaune pour dire "attention", le rouge pour dire "stop". Les deux cartons firent leur apparition au Mondial-1970.




Les cartons ne datent que de 1970 ?!,?!
Back to top
Mohamed Salah
L'observatoire

Offline

Joined: 05 Jan 2012
Posts: 4,383
Localisation: Lille
Masculin Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval
Point(s): 0

PostPosted: Thu 3 Jul - 08:44:58 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

Et platini  plus tard honorera une sélection avec le Koweït 
Back to top
Mohamed Salah
L'observatoire

Offline

Joined: 05 Jan 2012
Posts: 4,383
Localisation: Lille
Masculin Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval
Point(s): 0

PostPosted: Thu 3 Jul - 08:50:54 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

Anecdote.
La passe en retrait au gardien a été retiré après le mondial 90.
Suite à des abus, notamment des égyptiens qui systématiquement faisaient des passes en retrait au gardien, ce dernier pouvait prendre le ballon de la main. Ce qui niveau spectacle était d'un ennui.
En tout cas belle initiative d'avoir interdit cette règle 
Back to top
laperuk59
Joueur International
Joueur International

Offline

Joined: 11 Jul 2012
Posts: 6,910
Masculin
Point(s): 333

PostPosted: Thu 3 Jul - 09:04:51 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

mido wrote:
Anecdote. La passe en retrait au gardien a été retiré après le mondial 90.
Suite à des abus, notamment des égyptiens qui systématiquement faisaient des passes en retrait au gardien, ce dernier pouvait prendre le ballon de la main. Ce qui niveau spectacle était d'un ennui.
En tout cas belle initiative d'avoir interdit cette règle 




Merci pour cette anecdote je n'étais pas au courant...
_________________
Envie de disuter ?https://twitter.com/laperuk59
Back to top
nicolasmag
Troll

Offline

Joined: 11 Dec 2010
Posts: 30,022
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 猴 Singe
Point(s): 510

PostPosted: Fri 4 Jul - 12:48:33 (2014)    Post subject: Les petites histoires et records des Coupes du Monde Reply with quote

merci ignacio pour ces moment d'histoire (je connaissais pas plus de la moitié)

chtiga42 wrote:
Ah oui, je me souviens de cette histoire avec le Cheik qui descend sur le terrain pour interpeller l'arbître... on était tous médusés sur nos canapés....quelle poilade quand j'y repense maintenant !!!

les images sont cultes mais les 3 buts refusés avant son entrée sur le terrain furent valable ou non ?
Back to top
MSN
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Vive le Losc Forum Index -> Grimonprez Jooris -> Losc & Foot All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation | FAQ | Usergroups

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group